Sleeping Beauty (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Belle au bois dormant (homonymie).

Sleeping Beauty est un film australien réalisé par Julia Leigh, sorti en 2011. Au Québec, le film est titré Belle de Nuit[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lucy (Emily Browning), une jeune étudiante un peu paumée, vit de petits boulots. Un jour, elle se présente à une mystérieuse annonce. Discrétion, classe, et féminité sont de rigueur. Il s'agit de se mettre au service d'un réseau de gens très fortunés désireux d'érotisme haut de gamme. Pour son initiation, Lucy doit servir à table en lingerie fine, chapeautée de filles plus anciennes qui, elles, sont dénudées, parées d'une lingerie fétichiste. Lucy se montre parfaite et peut prétendre à l'étape supérieure. D'autant plus que la rémunération est extrêmement forte, suffisamment pour déménager dans un appartement de luxe qui surplombe la ville. Clara (Rachael Blake), la belle femme directrice du réseau, explique à Lucy que certains hommes rêvent de coucher avec de jolies jeunes filles endormies. Mais le sommeil doit être réel. Pour cela, Lucy devra prendre un somnifère puissant. Après quoi, Lucy se retrouve nue dans le lit d'une chambre luxueuse où un homme âgé arrive bientôt, accompagné de Clara qui lui rappelle les règles : pas de pénétration. Parallèlement à ces nuits de sommeil dont Lucy ne garde aucun souvenir au réveil, nous suivons des éléments de sa vie : une mère violente et alcoolique, un vieil ami condamné par la maladie, des sorties en boîte de nuit où elle n'hésite pas à avoir un langage très direct avec les hommes. Un jour, voulant savoir, Lucy achète une micro caméra qu'elle dissimule dans la chambre des ébats. Mais cette fois, l'homme avait choisi de passer sa dernière nuit avec elle et Lucy se réveille à côté d'un cadavre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Le casting[modifier | modifier le code]

Mia Wasikowska était pressentie pour tourner le rôle de Lucy, mais devant tourner le film Jane Eyre de Cary Fukunaga, ce fut Emily Browning qui obtint ce rôle.

Julia Leigh a demandé à Emily Browning de visionner Antichrist de Lars von Trier afin d'étudier la performance de Charlotte Gainsbourg.

Film interdit aux - de 16 ans[modifier | modifier le code]

En France, la commission de classification des œuvres cinématographiques désirant classer Sleeping Beauty dans la catégorie « Interdit aux moins de 16 ans », une vive opposition se déclencha. Julia Leigh et Michèle Halberstadt firent appel au Ministère de la Culture, mais le ministre Frédéric Mitterrand a confirmé aussitôt cette interdiction. La distribution du film se fera dans un circuit de salles très restreint.

C'est la première fois qu'une œuvre présentée en compétition officielle au Festival de Cannes et projetée à 19h30 reçoit cette classification[2].

Analyse[modifier | modifier le code]

Dans une 2014 contribution à Pop-en-stock (UQÀM),Macha Ovtchinnikova trouve que "le personnage complexe de Lucy dans Sleeping Beauty semble à son tour cristalliser le snobbisme de la société bourgeoise du XXIeme siècle et la souffrance humaine" . L'auteur compare Sleeping Beauty avec Lolita de Nabokov et de Kubrick . Les motifs de la mort et de l'érotisme dans le récit et dans les images sont démontrés[3].Les techniques cinématographiques utilisées de montrer ces relations érotiques/morbides- les proportions du corps de Lucy avec le lit; la couleur de sa peau et la couleur du lit et la répétition des scènes sont discutées par Stéphane Delorme dans un article en Cahiers du Cinéma (Juillet-Août 2012) [4][style à revoir]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Belle de nuit sur cinoche.com
  2. Sleeping Beauty : Un scandale jamais vu dans le cinéma d'auteur sur purepeople.com
  3. Macha Ovtchinnikova.Sleeping Beauty ou le Lolitisme moderne,entre éros et thanatos. pop-en-stock 2 July 2014 figura-nt2 UQAM http://www.popenstock.ca/dossier/article/sleeping-beauty-ou-le-lolitisme-moderne-entre-eros-et-thanatos
  4. Stéphane Delorme. L'Érotisme. Cahiers du Cinéma Juillet-Août 2012 p6-11

Liens externes[modifier | modifier le code]