Sima Guang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sima.
Sīmǎ Guāng tel que représenté dans le Wan hsiao tang-Chu chuang-Hua chuan(晩笑堂竹荘畫傳), publié en 1921

Sima Guang (1019-1086) (chinois : 司馬光/司马光 ; Wade-Giles : Ssu-ma Kuang ; pinyin : Sīmǎ Guāng) était un historien et érudit chinois ainsi qu'un homme d'État de la dynastie Song.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Sīmǎ Guāng est né dans la ville qui est de nos jours Yuncheng (Shanxi) d'une famille riche et, encore jeune, a été reconnu en tant qu'officier ainsi qu'érudit. À vingt ans, il passe l'examen impérial avec le plus haut rang de jìnshì (進士, « degré de quasi-doctorat »). Il a comblé des positions officielles durant les quelques années qui ont suivi.

Travaux[modifier | modifier le code]

En 1064, Sima a présenté à l'empereur Yingzong un ouvrage en cinq volumes, le Liniantu (歷年圖, « Chartre des années successives »). Ce livre résume chronologiquement l'histoire de la Chine, de -403 à 959 et était tout comme un pamphlet pour la commandite de l'ambitieux projet de Sima en historiographie. Ces dates ont été choisies parce que -403 marque le début de la période des Royaumes combattants, lorsque l'ancien État de Jin a été subdivisé, ce qui a finalement conduit à l'établissement de la dynastie Qin ; et parce que 959 marque la fin de la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes et le commencement de la dynastie Song.

Sima présente, en 1066, le Tongzhi (通志, « annales compréhensives ») un ouvrage de huit volumes plus détaillé. Il fait la chronique de l'histoire chinoise de -403 à -207 (qui marque la fin de la dynastie Qin). L'empereur le commissionne alors pour compiler une histoire universelle de la Chine, donnant à Sima l'accès intégral aux bibliothèques impériales et le finançant. Des assistants à la recherche spécialisés en histoire lui sont assignés, tels Liu Ban (劉攽, 1022-88), Liu Shu (劉恕, 1032-78) et Fan Zuyu (范祖禹, 1041-98).

Lorsque l'empereur est mort en 1067, Sima est invité à présenter son travail à l'empereur Shenzong. Le nouvel empereur confirme l'intérêt de son père, mais se montre aussi en faveur de changer le titre de Tongzhi (« annales compréhensives ») au plus honorifique Zizhi Tongjian (« Miroir compréhensif pour aider le gouvernement »).

Autres références[modifier | modifier le code]

  • de Crespigny, Rafe, chapitre Universal Histories dans Essays on the Sources for Chinese History, pages 64–70. Édité par Donald D. Leslie, Colin Mackerras, Wang Gungwu, publié par University of South Carolina Press, 1973.
  • Ji xiao-bin. (2005). Politics and Conservatism in Northern Song China: The Career and Thought of Sima Guang (1019-1086). Hong Kong: Chinese University Press. ISBN 962-996-183-0
  • Pulleyblank, Edwin G. (1961). "Chinese Historical Criticism: Liu Chih-chi and Ssu-ma Kuang," in Historians of China and Japan, William G. Beasley and Edwin G. Pulleyblank, eds., Oxford: Oxford University Press, pp. 135-66.
  • Joseph P Yap. (2009). Wars With the Xiongnu - A translation From Zizhi tongjian. Extract translations on Qin, Han, Xin and Xiongnu and Introduction. AuthorHouse. ISBN 978-1-4490-0604-4

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :