Sigurd Lavard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sigurd Sverresson Lavard (vieux-norrois Sigurð lávarðr, c'est-à-dire Seigneur et qui signifiait sans doute Prince héritier ; voir l’anglo-saxon : hlaford, Lord),(† 1200). Prince royal norvégien, fils aîné du roi Sverre de Norvège.

Origine[modifier | modifier le code]

Selon Saxo Grammaticus, Sigurd serait né alors que Sverre vivait encore dans les îles Féroé et il aurait reçu le nom d’Unås qui est celui que portait le père officiel de Sverre.Plus tard, quand lorsqu’en 1177 Sverre prétend être le fils du roi Sigurd Munn il change le nom de son fils en conséquence et le rebaptise du nom royal de « Sigurd » [1] La mère de Sigurd Lavard est sans doute l’ « épouse toujours vivante du prêtre Sverre  » évoquée par le légat du Pape en Norvège en 1193 après le remariage du roi avec Marguareta Erickdatter consécutif à la disparition de son épouse officielle Astrid[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Sigurd Lavard est mentionnée la première fois dans la « Sverissaga » en novembre 1181 lorsque le roi Magnus V de Norvège reprend la ville de Nidaros aux partisans de Sverre. À cette occasion Gudlaug Vale son « Père adoptif  » qui avait refusé de fournir des informations sur le trésor de Sverre et l’endroit où se cachait le garçon est torturé et mis à mort[3].

Après la défaite et la mort du roi Magnus V de Norvège lors de la Bataille de Fimreite en 1184 ses anciens partisans regroupés autour de l’archevêque de Nidaros Erik Ivarrsson créent un nouveau patri les « Baglers  ».

Sigurd Lavard joue ensuite un rôle dans les armées de son père à partir de 1190. La première rencontre entre les forces de Sverre et le Baglers a eu lieu le long de la côte de Ranrike en 1196. le Roi Sverre confie à son fils aîné et à Eilif Raudi la responsabilité de surveiller une catapulte qu'il avait fait construire. Toutefois, pendant la nuit, le Baglers lancent une attaque surprise. Sigurd et ses hommes sont pris au dépourvu et s’enfuient et la catapulte est détruite. Sverre reproche vivement à son fils sa conduite[4]. Après cet épisode malheureux Sigurd semble être demeuré en retrait. Il intervient une dernière fois avec son frère Håkon lors de la bataille d’Oslo en juin 1200 [5].

Sigurd Lavard meurt en 1200 dans des circonstance inconnues[6].

Postérité[modifier | modifier le code]

D’une concubine inconnue Sigurd Lavard laisse derrière lui un jeune fils Guttorm Sigurdsson qui sera roi pendant quelques mois en 1204.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Saxo Grammaticus Gesta Danorum Livre XIV chapitre 53
  2. Sverissaga chapitre 122
  3. Sverissaga chapitre 62
  4. Sverissaga chapitre 130
  5. Sverissaga chapitre 164
  6. (la) (is) Annales Islandici AD 1200

Sources[modifier | modifier le code]

  • (no) Narve Bjørgo, « Sigurd Sverresson Lavard », Norsk biografisk leksikon, consulté le 5 octobre 2013.
  • (en) Karl Jónsson et ses continuateurs « Sverissaga » La Saga du roi Sverre de Norvège Traduction anglaise de J. Stephton Londres (1899).
  • Karl Jónsson La Saga de Sverrir, Roi de Norvège: traduite, annotée et présentée par Torfi H. Tulinius. « Collection Les classiques du Nord ». Les Belles Lettres. Paris 2010 (ISBN 2251071148)