Siège de Nicomédie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Nicomédie
Informations générales
Date 1333-1337
Lieu Nicomédie, Turquie
Issue Victoire ottomane
Belligérants
Drapeau de l'Empire byzantin Empire byzantin Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Commandants
Inconnu Orhan
Forces en présence
Très faibles inconnues
Pertes
inconnues probablement faibles
Guerre entre l'empire byzantin et les Ottomans
Batailles
Bapheus · Campagne catalane · Bursa · Pélékanon · Nicée · Nicomédie · 1re Gallipoli · 2e Gallipoli · Philadelphie · 1re Constantinople · 2e Constantinople · Thessalonique · 3e Constantinople

Le siège de Nicomédie qui se déroula de 1333 à 1337 aboutit à la prise de la ville par les Ottomans au détriment des Byzantins qui perdaient là, leur dernier territoire asiatique.

Prélude[modifier | modifier le code]

Depuis 1299, le nouvel Etat turc des Ottomans s'appropriait lentement mais sûrement l'ensemble des territoires de l'empire byzantin. La perte de la ville de Nicée fut le début d'une série de progrès ottomans qui eut pour conséquence la disparition de l'empire Byzantin ainsi que des quelques autres Etats grecs.

Le siège[modifier | modifier le code]

Après le siège et la prise de Nicée en 1331, la perte de Nicomédie n'était plus qu'une question de temps pour les Byzantins. L'empereur Byzantin tenta d'acheter la conservation de la ville au sultan turc Orhan, cependant, en 1337, la ville fut prise d'assaut et prise par les Ottomans. L'empire Byzantin ne devait pas se remettre de cette défaite; la dernière forteresse Byzantine en Anatolie venait de tomber.

Suites[modifier | modifier le code]

À la suite de la chute de Nicomédie, la situation de l'empire Byzantin devint intenable. À la différence de la situation de 1096, l'empire ne possédait plus que quelques territoires et ne parvint à préserver qu'un faible nombre de cités dans le Péloponnèse. Avec la pression des voisins serbes et hongrois à ses frontières occidentales et celle des Ottomans à l'est, l'aigle bicéphale de Byzance était en train de voir le danger provenir des deux côtés à la fois.

Références[modifier | modifier le code]

  • R.G. Grant, Battle: A Visual Journey Through 5,000 Years of Combat, Dorling Kindersley Publishers Ltd, 2005. ISBN 0-7566-1360-4