Siège de Gaète (1734)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Gaète.
Siège de Gaète
Le futur Charles III d'Espagne à cheval à Gaète
Le futur Charles III d'Espagne à cheval à Gaète
Informations générales
Date 1734 (ville prise le 6 août)
Lieu Gaète, Italie
Issue Victoire franco-espagnole
Belligérants
Bandera de España 1701-1760.svg Royaume d'Espagne
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Autriche Archiduché d’Autriche
Commandants
Charles duc de Parme
James Fitz-James Stuart, duc de Berwick
Comte de Tattenbach-Rheinstein
Duce Pignatelli di Monteleone
Guerre de Succession de Pologne
Batailles
Kehl · Pizzighettone · Gdańsk · Bitonto · Trarbach · San Pietro · Philippsbourg · Gaeta · Capoue (en) · Guastalla · Clausen
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 41° 12′ 47″ N 13° 34′ 24″ E / 41.21301389, 13.57326389 ()41° 12′ 47″ Nord 13° 34′ 24″ Est / 41.21301389, 13.57326389 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Gaète (1734).

Le siège de Gaète est un évènement de la guerre de Succession de Pologne. Les Autrichiens retranchés à Gaète résistent pendant quatre mois aux troupes de Charles III d'Espagne à l'époque duc de Parme. Les Autrichiens finissent par être défaits le 6 août 1734 lorsque les Franco-Espagnols prennent la ville.

Charles Edouard Stuart est présent lors de la bataille en tant qu'observateur, c'est sa première expérience de la guerre. Il est le fils du prétendant jacobite au trône britannique, Jacques François Stuart. Charles de Bourbon soutient publiquement ses revendications, offensant ainsi le roi George II et provoquant un incident diplomatique avec la Grande-Bretagne qui est neutre. Le Premier ministre britannique Robert Walpole, partisan de la neutralité, écrit par la suite, que Georges II, pro-autrichien, aurait pu utilisé cet incident comme prétexte pour entrer en guerre au côté de l'Autriche, mais cela est évité grâce au promptes excuses espagnoles[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Harold Acton, I Borboni di Napoli (1734-1825), Florence, Giunti, 1997, page 26, 27. (ISBN 88-09-21079-4)