Royaume floral du Cap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 10′ 00″ S 18° 22′ 30″ E / -34.16667, 18.375 ()

Région floristique du Cap
Image illustrative de l'article Royaume floral du Cap
Région floristique du Cap ou Capensis

Pays Afrique du Sud
Subdivision administrative Parc National de la Montagne de la Table
Subdivision administrative zone de protection naturelle de Cederberg
Subdivision administrative zone de protection naturelle de Groot Winterhoek
Subdivision administrative Complexe de la Montagne Boland
Ville(s) principale(s) Ville du Cap
Coordonnées 34° 10′ 00″ S 18° 22′ 30″ E / -34.166667, 18.375 ()34° 10′ 00″ Sud 18° 22′ 30″ Est / -34.166667, 18.375 ()  

La région florale du Cap, régne floristique du Cap ou Capensis (sur la carte) est une région floristique localisée près de l'extrémité sud de l'Afrique du Sud. Elle constitue, selon le botaniste Ronald Good, la plus petite des six divisions principales du monde quant à la répartition naturelle des espèces végétales terrestres.

Origines du concept[modifier | modifier le code]

À la suite des travaux d'Adolf Engler (1879 & 1882), Ludwig Diels a été conduit en 1908 à porter les grandes régions florales, à l'échelle du monde, au nombre de six : Holarktis, Palæotropis, Neotropis, Capensis, Australis et Antarktis [1].

Ces divisions floristiques majeures, et en particulier la notion de « royaume floral du Cap », ont été reprises par Good (1947) puis par Takhtajan (1969) [2], [3].

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette zone biogéographique couvre le sud de la province du Cap-Occidental et le sud-ouest du Cap-Oriental, en Afrique du Sud. Selon Armen Takhtajan qui reprend le système de Ronald Good en divisant les royaumes en régions et en les subdivisant en provinces, le royaume floral du Cap de Good devient le royaume floral d'Afrique du Sud et ne comprend que la seule région floristique du Cap, elle-même constituée de la seule province floristique du Cap.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Paysages typiques du royaume floral du Cap : Swartberg Nature Reserve, De Hoop Nature Reserve, Sommet de la Montagne de la Table

Bien que très réduit (46 000 km²) cette région offre une variété importante de microclimats grâce à la proximité de la mer et des reliefs très accidentés. Le climat est de type méditerranéen, c'est-à-dire chaud et sec en été, frais et humide l'hiver. Le sol est globalement pauvre en nutriments, sablonneux, acide et sec, provenant du grès de l'ensemble de la Montagne de la Table. Les zones côtières sont soumises au vent et aux embruns. En montagne, par contre, il n'est pas rare d'observer des gelées voire des chutes de neige. En été la chaleur, la sécheresse et le vent provoquent des incendies détruisant souvent de grandes portions de fynbos : ces feux sont nécessaires pour réduire la densité des broussailles et permettre aux graines de se détacher des fruits ligneux des proteaceae[4].

Botanique[modifier | modifier le code]

Ce royaume floral se caractérise par une végétation broussailleuse sclérophylle, appelée fynbos (terme considéré parfois comme impropre et spécialement utilisé en Afrique du Sud pour désigner le maquis ou macchia) plus ou moins dense selon l'humidité et la nature du sol. Trois familles sont emblématiques de cette zone: Les Proteaceae (protées et apparentées), les Ericaceae (bruyères) et les Restionaceae (restios: sorte de joncs). Mais au delà on trouve une grande variété de plantes de familles très diverses : plantes bulbeuses (Amaryllidaceae, Iridaceae, Orchidées terrestres type Disa, etc...), plantes succulentes (Aizoaceae, Aloaceae, Euphorbiaceae, Crassulaceae etc...). Au nord de la Péninsule du Cap, le Renosterveld présentent de grandes étendues plates et herbeuses avec peu de broussailles, mais par contre une immense diversité de plantes herbacées, notamment des marguerites (asteraceae) et des plantes bulbeuses[5].

Diversité[modifier | modifier le code]

De gauche à droite: Crassula coccinea, Gladiolus tristis, Dimorphotheca ecklonis, Erica paersonii, Protea repens, Disa graminifolia, Pleiospilos nelii

Cette région se caractérise par une biodiversité et un endémisme exceptionnels à l'échelle d'un territoire aussi peu étendu. Bien qu'étant le plus petit de tous les royaumes floraux il est l'un des plus riches:

  • Environ 70 % des 9 600 des plantes trouvées dans cette zone sont endémiques (soit près de 6 200) ;
  • On y trouve la densité d'espèce la plus élevée au monde : 1 300 pour 10 000 km² ;
  • En comparaison la densité dans une forêt tropicale sud-américaine n'est que de 400 espèces pour 10 000 km² ;
  • 90 % des 83 espèces de Protea ne se trouve que dans la région floristique du Cap ;
  • Sur 860 espèces d'Erica, 660 vivent dans le royaume floral du Cap ;
  • A elle seule, la Montagne de la Table possède 2 200 espèces soit autant que le Royaume-Uni ;
  • Bien que les fynbos représentent 2 % de la superficie de l'Afrique australe, ils en supportent 50 % des espèces ;
  • 1 plante africaine sur 5 vit dans le royaume floral du Cap ;
  • 1 400 espèces sont rares ou menacées par la pression humaine et l'introduction d'espèce étrangères[6].

Conservation[modifier | modifier le code]

Tout comme 34 autres régions dans le monde, le royaume floral du Cap est considéré comme un hotspot, c'est-à-dire un des points chauds de la biodiversité dans le monde. Cela sous-entend comme dit ci-dessus que cette zone soit particulièrement riche en espèces tant végétales, que animales, mais aussi qu'il s'agisse d'une zone menacée. Les menaces sont diverses. La première vient de transformations (33 % de cette région a subi des modifications à différent degré) des milieux naturels en culture (tout particulièrement pour la viticulture), ainsi que l'introduction de plantes invasives venant d'autres zones méditerranéennes. L'extension des zones urbaines constitue la seconde menace : d'ici 2025, la population de la ville du Cap devrait doubler.

Cependant, près de 20 % de ce territoire reste vierge de toute action humaine et 14 % est situé dans des parcs nationaux et réserves naturelles. L'une des principales actions - appelée "Working of Water Programme" - consiste en la destruction de parcelles de végetaux invasifs qui étouffent non seulement la flore indigène, mais également absorbent une grande partie de l'eau et des ressources[7],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ludwig Diels, Pflanzengeographie, G.J. Göschen, Leipzig, 1908, 164 p.
  2. Ronald Good, The Geography of the Flowering Plants, Longmans, Green and Co., London, 1947.
  3. publié en russe en 1961 et diffusé internationalement à partir de sa traduction anglaise en 1969 : Armen Takhtajan, Flowering Plants : Origin and Dispersal, Oliver & Boyd, Edinburgh, 1969.
  4. http://en.wikipedia.org/wiki/Cape_Floristic_Region
  5. http://en.wikipedia.org/wiki/Renosterveld
  6. http://www.plettenbergbaygamereserve.com/wildlife/flora.html
  7. http://www.biodiversityhotspots.org/xp/hotspots/cape_floristic/Pages/impacts.aspx
  8. http://www.biodiversityhotspots.org/xp/hotspots/cape_floristic/Pages/conservation.aspx