Robert Ayitee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Ayitee

Naissance avril 1910
Décès 1980
Activité principale percussionniste, chorégraphe
Genre musical Percussions, musiques du monde
Années actives 1958 - 1978
Site officiel www.robertayiteefoundation.org

Robert Ayitee (1910 - 1980) était un musicien ghanéen.

Robert Ayitee fut un maître percussionniste[1], chorégraphe et enseignant. Il a joué un rôle prépondérant dans la mondialisation de l'ethnomusicologie, notamment dans son aspect ouest africain, dont la genèse remonte aux années 1960 à l’UCLA en Californie[2].

Sous l'égide de Mantle Hood, ethnomusicologue américain, Robert Ayitee dévoila au monde entier, les méandres de la musique traditionnelle Ewe. Il en enseigna les techniques fondamentales dans le domaine de la percussion et de la danse à l’Institut d'ethnomusicologie de l’UCLA qui, en fera profiter, comme référence, à d'autres institutions (TTU, SFUSU, UMASS, UCB, Columbia, NYU, Harvard, UNIRIOTEC, etc.).

C’est ainsi que l’ethnologue James Koeting, pour illustrer la manière dont le concept de « densité référent » peut concilier les différentes parties d’un ensemble multi rythmique, décrivit la démarche pédagogique utilisée par Robert Ayitee pour enseigner les rythmes des Ashantis du Ghana[3].

Robert Ayitee, s'est surtout révélé dans des œuvres maîtresses telles que Atumpan, The talking drum of Ghana et Discovering the music of Africa.

Comme en témoigne la biographie du Dr Craig Woodson, ancien disciple de Robert Ayitee et collaborateur du fabricant d’instruments de percussion Remo, il existe une réelle corrélation entre l’émergence de cette « musique du monde » et l’effort des ethnomusicologues issus d’UCLA. Il en a résulté une touche d’influence musicale, tant sur le plan artistique (rythmique de percussion) qu’industriel (gamme de percussions ethniques à motif Kenté chez Remo).

Le travail de Robert Ayitee se perpétue à l’UCLA par une unité d’enseignement dédiée à la musique ouest africaine, et aussi par l'ensemble musical dirigé par Kobla Ladzekpo.

On notera également, l’important travail d’Abraham Adzenyah, qui contribua en 2005 à la mise en place au département de musique de l’Université Wesleyan, d’innombrables ressources multimédia dédiées aux percussions Ewe. Ces ressources s’intègrent dans une collection plus globale de l’université appelée Virtual Instrument Museum[4].

Au sein de l’association Agbekor Drum and Dance Society fondée et dirigée par David Locke de l’Université Tufts, les enfants de Godwin Agbeli, autre disciple de Robert Ayitee[5], font rayonner la musique traditionnelle Ewé dans la région de Boston connue pour ses prestigieuses institutions (Harvard, MIT, Tufts, Berklee, etc.) toutes dotées d’un département d’Ethnomusicologie[6].

Cette épopée mondialiste d’artistes et universitaires ghanéens en collaboration avec des ethnologues américains, s’inscrivait dans une vaste politique de développement culturel, entreprise par le gouvernement de Kwame Nkrumah au lendemain de l’indépendance du pays en 1956. Cette politique visait à restructurer puis universaliser les pratiques religieuses et artistiques ancestrales des principales ethnies du Ghana voire du Golfe de Guinée[7].

C’est dans ce contexte que l’ensemble artistique de Robert Ayitee Ayitee’s Drumming and Dancing Club, fusionna avec d’autres entités culturelles pour donner naissance à une organisation gouvernementale baptisée The Arts Council of Ghana’s National Folkloric Company. Cette dernière fait désormais partie intégrante de l’Université Lagon du Ghana sous forme d’unité académique[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Grooving at the Nexus: The Intersection of African Music and Euro-American Ethnomusicology at UCLA par Brian Schrag, 2000, département d'ethnomusicologie de l'université de Californie à Los Angeles
  2. The Globalization of African Music : Une réflexion sur le Passé, Présent et Futur, Jacqueline C. DjeDje, UCLA Newsletter 2000
  3. African Rhythm: A Reassessment, Robert Kauffman, Ethnomusicology, Vol. 24, No. 3 (Sep., 1980), pp. 393-415 doi:10.2307/851150
  4. World Music Collection Virtual Instrument Museum – Wesleyan University
  5. Music program book 1991-1992 Fall/Spring Performances Vol. 1, http://digital.library.unt.edu/ark:/67531/metadc807
  6. Kiniwe - The Tufts African Music and Dance Ensemble, http://www.tufts.edu/musiccenter/events/africanfest.html#KINIWE
  7. a et b Kwame Nkrumah's Politico-Cultural Thought and Policies, par Kwame Botwe-Asamoah, 2005, relié, 260 p. (ISBN 978-0415948333), http://books.google.fr/books?isbn=0415948339