Rüttenen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rüttenen
Blason de Rüttenen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Soleure
District Lebern
communes limitrophes
(voir carte)
Feldbrunnen-Sankt Niklaus, Soleure, Langendorf, Oberdorf, Welschenrohr, Balm bei Günsberg, Niederwil, Riedholz
Code postal 4522
N° OFS 2555
Démographie
Population 1 460 hab. (31 décembre 2013)
Densité 166 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 50″ N 7° 31′ 47″ E / 47.230554, 7.52973747° 13′ 50″ Nord 7° 31′ 47″ Est / 47.230554, 7.529737  
Altitude 516 m
Superficie 877 ha = 8,77 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Soleure

Voir sur la carte administrative du Canton de Soleure
City locator 14.svg
Rüttenen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Rüttenen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Rüttenen
Liens
Site web www.ruettenen.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Rüttenen est une commune suisse du canton de Soleure, située dans le district de Lebern.

Monument[modifier | modifier le code]

Le château de Königshof fut acheté par Johan Ulrich von Surry en 1568. En 1732, il passe par mariage à la famille Gugger. Par la suite, Marguerite von Gugger épouse Johan Baptiste von Alterman (1764-1849). Leur fille convolera en justes noces avec le colonel Édouard von Tugginer (1787-1865). En 1951 le château est acheté par la ville de Soleure. Un important ensemble de meubles et d'objets d'art provenant du château, resté en mains privées, a été vendu, aux enchères le 30 mars 2007, à Paris, Hôtel Drouot, salle 2, par Maître Brissoneau et Maître Daguerre. Parmi les tableaux on mentionnera un tableau attribué au peintre suisse Albrecht Kauw (1621-1681) Allégorie de la Suisse, une paire de portraits de Jean-François-Gilles Colson et une Allégorie de l’accession de Napoléon Bonaparte à l'Empire de Georges Rouget (1783-1869), élève de Jacques-Louis David.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)