Rüttenen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rüttenen
Blason de Rüttenen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Soleure
District Lebern
communes limitrophes
(voir carte)
Feldbrunnen-Sankt Niklaus, Soleure, Langendorf, Oberdorf, Welschenrohr, Balm bei Günsberg, Niederwil, Riedholz
Code postal 4522
N° OFS 2555
Démographie
Population 1 448 hab. (31 décembre 2010)
Densité 165 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 50″ N 7° 31′ 47″ E / 47.230554, 7.529737 ()47° 13′ 50″ Nord 7° 31′ 47″ Est / 47.230554, 7.529737 ()  
Altitude 516 m
Superficie 877 ha = 8,77 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Soleure

Voir sur la carte administrative du Canton de Soleure
City locator 14.svg
Rüttenen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Rüttenen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Rüttenen
Liens
Site web www.ruettenen.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Rüttenen est une commune suisse du canton de Soleure, située dans le district de Lebern.

Monument[modifier | modifier le code]

Le château de Königshof fut acheté par Johan Ulrich von Surry en 1568. En 1732, il passe par mariage à la famille Gugger. Par la suite, Marguerite von Gugger épouse Johan Baptiste von Alterman (1764-1849). Leur fille convolera en justes noces avec le colonel Édouard von Tugginer (1787-1865). En 1951 le château est acheté par la ville de Soleure. Un important ensemble de meubles et d'objets d'art provenant du château, resté en mains privées, a été vendu, aux enchères le 30 mars 2007, à Paris, Hôtel Drouot, salle 2, par Maître Brissoneau et Maître Daguerre. Parmi les tableaux on mentionnera un tableau attribué au peintre suisse Albrecht Kauw (1621-1681) Allégorie de la Suisse, une paire de portraits de Jean-François-Gilles Colson et une Allégorie de l’accession de Napoléon Bonaparte à l'Empire de Georges Rouget (1783-1869), élève de Jacques-Louis David.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)