Réseau Liberté-Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Réseau Liberté-Québec

Cadre
Forme juridique OSBL
But Politique, économie
Zone d’influence Québec, Canada
Fondation
Fondation Été 2010 à Québec (Canada)
Fondateur Éric Duhaime
Joanne Marcotte
Guillaume S. Leduc
Ian Sénéchal
Roy Eappen
Gérard Laliberté
Identité
Structure Réseau
Site web www.liberte-quebec.ca

Le Réseau Liberté-Québec (RLQ) est un organisme sans but lucratif[1] visant le réseautage de tous les Québécois qui partagent des idéaux de droite libertariens[2]. Il a été fondé par différents activistes politiques, dont plusieurs ont été proches de l'ADQ, au cours de l'été 2010. La stratégie de communication du groupe est inspirée des techniques du marketing viral. Pendant la deuxième moitié du mois d'août, de nombreux mystères ont entouré la composition réelle du comité organisateur, créant ainsi un véritable buzz dans les réseaux sociaux et la blogosphère associés à la droite québécoise. Le secret a finalement été dévoilé le 1er septembre 2010[3]. La première conférence publique de ce mouvement a eu lieu le 23 octobre 2010 à Québec.

Pour le moment, les instances officielles du Réseau Liberté Québec comprennent un site web principal[4] et sa page Facebook[5] ainsi que plusieurs sites et pages Facebook pour les différentes sections locales (Entre autres; Réseau Liberté Québec - Montérégie[6], Réseau Liberté-Québec - région de Québec[7]) et plusieurs groupes Facebook pour les sections ne disposant pas encore d'un site web ou d'une page.

Le comité fondateur a également diffusé en ligne une vidéo promotionnelle sur le site Youtube[8].

Composition du comité organisateur[modifier | modifier le code]

Le comité organisateur du Réseau Liberté Québec est composé de :

Joanne Marcotte, Éric Duhaime, Ian Sénéchal (candidat de l'ADQ dans Kamouraska Temiscouata en 2008) et Guillaume S. Leduc (ancien directeur des communications de la Commission des jeunes de l'ADQ) ont été membres ou proches de l'ADQ. Quant à Roy Eappen, il se définit sur son blog comme un monarchiste catholique conservateur (blogging tory).

Ian Sénéchal, Éric Duhaime, Guillaume S. Leduc sont également des participants au blogue libertarien : LesAnalystes.ca.

Positions politiques des membres (sondage 2011)[modifier | modifier le code]

Un sondage[10] a été tenu du 14 mars au 10 avril 2011 afin de connaître les positions politiques des membres du Réseau Liberté Québec. 65 % (516) des membres ont répondu au sondage. Parmi les réponses, voici celles qui ont connu un fort consensus :

  • Libre choix de la langue d'enseignement (72 %)
  • Révision complète du système de sélection québécois en matière d'immigration (82 %)
  • Une institution publique ou une entreprise privée ne devrait pas être contrainte de modifier son organisation ou son fonctionnement pour permettre l'exercice d'une pratique religieuse (96 %)
  • Les médias publics favorisent-ils davantage les points de vue de la gauche. (95 %)
  • On devrait plafonner la croissance des dépenses publiques de santé à la croissance des revenus de l’État (ou du PIB). (87 %)
  • Pour contenir la croissance des dépenses publiques à la croissance des revenus de l’État, croyez-vous que... Cela ne serait possible que si l'on introduit de la concurrence dans le système, en brisant le monopole avec un système de santé mixte (public-privé), en permettant des hôpitaux privés financés à la fois par le public et des contributions privées, en libérant les directions d’établissement des conventions collectives, ou du moins des clauses portant sur l'organisation du travail, en rendant les établissements responsables de leur administration, etc. (87 %)
  • Rôle de l’État en santé. L’État doit limiter son rôle à celui d'assureur public. Il doit établir des normes de qualité et de performance des établissements. La production des soins et services doit être confiée à un ensemble d’établissements autonomes et imputables (96 %)
  • Les infirmières devraient avoir le droit de poser des gestes médicaux de base. (95 %)
  • Les pharmaciens devraient avoir le droit de poser des gestes médicaux de base. (92 %)
  • Quel sort doit-on réserver au réseau mixte actuel de garderies? Transformer le réseau en un ensemble d’organismes privés à but lucratif ou sans but lucratif entièrement responsables de leur administration, mais soumis à des contraintes légales et réglementaires en matière d’éthique, de salubrité, de sécurité, etc. Dans ce scénario, les éducatrices ne seraient plus des employés de l’État, mais relèveraient du Conseil d'administration de leur entreprise (OSBL ou entreprise privée) (97 %)
  • On devrait abolir toutes les commissions scolaires. (93 %)
  • Croyez-vous que le gouvernement peut atteindre l’équilibre budgétaire seulement en augmentant ses revenus? Non (98 %)
  • Abolition des crédits d'impôt pour les fonds d'investissement des travailleurs (92 %)

Identité idéologique[modifier | modifier le code]

  • Libertarien, libéral classique, droite (55 %)
  • Conservateur fiscal, centre-droite (38 %)
  • Nationalisme identitaire, droite sociale (6 %)

Objectifs politiques[modifier | modifier le code]

Les objectifs visés par le Réseau Liberté Québec ne sont pas énoncés clairement. Ainsi certains qualifient le RLQ de « réseau politique organisé à la manière des réseaux sociaux sur Internet »[11], tandis que d'autres y voient l'émergence d'un think tank[12], et d'autres encore d'un mouvement populaire à la manière des Tea Party[13],[14].

La porte-parole a déclaré que la possibilité de faire du RLQ un nouveau parti politique n'était pas envisagée[2], mais a affirmé que la naissance d'un troisième parti était nécessaire, jugeant l'ADQ moribond : « Un troisième parti ? Nécessairement ! »[2]

D'autres encore, comme Pierre Morin (membre de l'ADQ également) laissent entendre que le but de l'opération serait simplement de faire de la publicité à Eric Duhaime et la station CHOI-FM [3].

En entrevue à CHOI[15], la porte-parole du Réseau Liberté Québec a déclaré que le RLQ entend profiter de 4 facteurs pour se développer : la base électorale conservatrice au Québec (principalement dans la région de Québec), les déçus de l'ADQ, les radios de droite de la région et le mouvement de contestation populaire des cols rouges. Le RLQ aimerait les canaliser en une véritable force politique provinciale.

Thématiques politiques évoquées au Réseau Liberté Québec[modifier | modifier le code]

Les différents éléments repris dans cette section proviennent de la page d'accueil du site[16] et de sa page « mission » [17]. Les autres sources sont mentionnées explicitement.

Réunification de la droite[modifier | modifier le code]

Ayant pour objectif de regrouper toutes les forces politiques situées à droite du centre, le Réseau Liberté Québec développe les thèmes suivants (selon ses propres termes) [17]:

  • La liberté et la responsabilité individuelles
  • Un État aminci, des marchés concurrentiels et la liberté de choix

Nationalisme et politique identitaire[modifier | modifier le code]

Une minorité des membres du Réseau Liberté Québec (6 %) s'identifient à une idéologie de "nationalisme identitaire, droite sociale"[10]. Le Réseau Liberté Québec met donc de l'avant une politique identitaire (propre aux droites nationalistes) :

  • La défense des traditions démocratiques et des valeurs occidentales (séparation de l'Église et de l'État, égalité homme-femme)

Dans cette formulation, il apparaît que « Les traditions démocratiques » est un terme vague et dont le Québec ne peut revendiquer l'exclusivité. La séparation de l'Église et de l'État n'est pas achevée au Québec et reste ambigüe. Il n'existe aucun texte inscrivant la laïcité dans la loi, et l'égalité homme-femme, même si le féminisme a réalisé de nombreux gains au Québec, reste un objectif plutôt qu'un acquis. De la même façon, « les valeurs occidentales » est un terme général riche en sous-entendus. En premier lieu, « valeur » est un terme relevant du domaine de la morale et qui caractérise la rhétorique de nombreux mouvements politiques issus du conservatisme moral. Ainsi aux USA, les « valeurs morales » ont été l'apanage des mouvements de la droite américaine depuis les années 70[18]. Ce rapprochement avec les droites conservatrices morales est d'autant plus significatif pour le Réseau Liberté Québec que Jacques Brassard est l'un des principaux invités du RLQ lors de sa première conférence publique. Jacques Brassard se définit comme un catholique sioniste conservateur[19], il est proche de la revue conservatrice Egards et de la campagne Québec Vie (un mouvement contre le droit à l'avortement). D'autres invités du RLQ ont également pris position au côté de l'Église catholique dans le débat sur l'avortement, comme Reynald Du Berger[20].

Cependant, officiellement, le RLQ entend se différencier du Tea Party en critiquant la présénce et l'influence des théo-conservateurs dans le mouvement américain.

D'autre part, l'apposition du qualificatif « occidental » rappelle le paradigme du choc des civilisations de Samuel Huntington, et plus largement des mouvements orientalistes et néo-orientalistes initiés par Bernard Lewis. C'est de cette idéologie que s'inspireront les néo-conservateurs américains pour justifier leur politique étrangère, et que reprend également une frange importante de l'extrême-droite européenne (plus particulièrement ses nouvelles mouvances identitaires). Ces thèmes sont également largement partagés par le mouvement populiste de droite américain du Tea Party[21], lui-même souvent accusé de racisme[22].

Globalement, la perception d'une identité occidentale relève d'un choix idéologique tentant de présenter l'Europe et l'Amérique du Nord comme un bloc homogène, par opposition à un autre bloc, supposé homogène également. Si, historiquement, ce binarisme a reposé sur l'antagonisme avec le bloc soviétique durant la guerre froide, et a nourri les droites anticommunistes américaines et européennes, il est aujourd'hui repris par différents courants néoconservateurs pour opposer « les démocraties occidentales » (incluant Israël) et le « monde arabo-musulman ». C'est l'usage qu'en font différents idéologues de la droite républicaine extrême américaine comme Daniel Pipes[23], Glenn Beck[24], Pamella Geller et Robert Spencer[25], ou encore le Tea Party (en s'opposant par exemple à la construction d'un centre culturel islamique dans le quartier de Manhattan). Cette position rejoint également la doctrine de l'atlantisme énoncée par diffénrents think tank de la droite conservatrice et ultra-libérale comme l'Institut Hayek[26] ou le Rand Institute[27].

Climato-scepticisme[modifier | modifier le code]

Le « climato-scepticisme » est le refus de la thèse du changement climatique, de son origine anthropique (due à l'activité humaine), de la remise en cause de son impact sur le climat mondial ou bien des moyens et solutions envisagés comme devant régler le problème des changements des climats (Voire les controverses sur le réchauffement climatique).

Parmi les invités de la première conférence du RLQ, différents invités ont en effet pris diverses positions pour nier le réchauffement climatique comme Jacques Brassard : « Le GIEC, cet organisme politique onusien qui se prétendait le réceptacle de la science climatique, est désormais tellement discrédité qu’il convient de souhaiter son démantèlement. Les ayatollahs réchauffistes qui n’ont pas hésité à manipuler les données pour garder au CO2 son rôle de moteur climatique sont désormais disqualifiés. La fraude scientifique est avérée. »[28]

C'est également le cas de Maxime Bernier[29] et de Reynald Du Berger[30],[31].

L'équité intergénérationnelle[modifier | modifier le code]

Le RLQ emploie le terme « équité intergénérationnelle » afin de désigner l'application de principes de justice sociale et d'équité visant à ne pas léguer une lourde dette financière aux générations futures (le Québec se classant au 5e rang en termes d'endettement public parmi les pays industrialisés[32]). À noter qu'il ne s'agit pas de l'équité intergénérationnelle tel que forgé au Sommet de la Terre de Rio en 1992 (celui-ci désignant plutôt les conséquences environnementales de l'activité économique du XXe siècle).

Le RLQ s'inscrit ainsi dans la mouvance des « lucides » initiée par Lucien Bouchard en 2005 (manifeste pour un Québec lucide) en reprenant les thèmes de l'importance de la dette publique, la nécessité de positionner le Québec dans un marché concurrentiel entre nations, la participation du privé et la mise en place de mesures pour inciter à la maîtrise de l'anglais (défense des écoles « vision » par Ian Sénéchal du RLQ[33]).

Défier l'establishment médiatique[modifier | modifier le code]

Malgré la présence de plusieurs personnalités médiatiques (Éric Duhaime, Reynald Du Berger, Jacques Brassard) parmi les membres ou fondateurs du RLQ, ce mouvement dénonce un « establishment médiatique » qui censurerait ou limiterait la présence des idées de droite (et plus encore libertariennes) dans les médias, et plus particulièrement au Québec. En cela aussi, il rejoint le mouvement américain du Tea Party[34] mais également la revue Égards et son directeur Jean Renaud[35].

Différents membres du RLQ, ou ses invités, dénoncent régulièrement l'omniprésence des idées de gauche au sein de la classe médiatique et leur influence dans le façonnage de l'opinion publique. Ainsi Reynald Du Berger : « Les médias québécois, alignés plutôt à gauche, ont aussi joué un rôle important sur l’opinion climatique publique. »[30].

Jacques Brassard : « Ce dogme écologiste et alarmiste est fortement implanté dans l'univers médiatique qui n'accorde aucune place au discours climato-sceptique, pourtant documenté et appuyé par de nombreux scientifiques » [36].

Ian Sénéchal : « On essaie [sic] de faire croire que nous sommes là pour diviser la droite. Quand on parle du biais gauchiste des médias »[37].

« Une baisse de l'auditoire canadien de nouvelles télévisées en continu, une mentalité de troupeau parmi les journalistes et une couverture franchement biaisée de l'actualité expliquent bien que les Canadiens sont mal servis par les médias mainstream », explique Kory Teneyche dans le site Web du RLQ[38]. Kory Teneyche est également à l'origine du projet de Québécor Média de créer une chaîne conservatrice d'information continue au Canada : Sun TV News (sur le modèle de Fox News). Éric Duhaime est lui aussi à l'emploi du groupe Québécor via le Journal de Québec.

Critiques[modifier | modifier le code]

Critiques du monde politique[modifier | modifier le code]

Alors que l'actuel chef de l'ADQ, Gérard Deltell a participé à la première conférence publique du mouvement, tout le député démissionnaire de l'ADQ, Éric Caire et que ces deux personnalités soutiennent le mouvement[39], Mario Dumont s'abstient d'y participer mais leur donne le conseil suivant : «Ma recommandation: Faire attention aux purs et durs, y'a des radicaux là'd'ans»[11], décochant une flèche au cofondateur Éric Duhaime.

Marc Picard, ancien député de l'ADQ, juge quant à lui que : «Moi, je les définis comme des purs et durs de la droite, un peu comme le SPQ Libre du Parti québécois. Je ne pense pas que les Québécois se reconnaissent là-dedans. Je suis allé à leur activité, j'en ai pris et j'en ai laissé. Ce n'est pas le genre de droite que les gens veulent»[40].

Le Réseau Liberté-Québec a d'ailleurs été l'objet de deux émissions de Les Fils de la Liberté, alors que ceux-ci ont résumé et critiqué les deux colloques du RLQ qui se sont tenus à Montréal lors des épisodes 20[41] et 32[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://liberte-quebec.ca/wordpress/?page_id=4 La mission du Réseau Liberté-Québec
  2. a, b et c Pour un rassemblement de la droite, radio-canada, 1er septembre 2010. Disponible sur http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/09/01/003-reseau-liberte-qc.shtml
  3. a et b http://ecranradar.wordpress.com/2010/08/19/liberte-quebec-aucun-mystere-pour-qui-sait-lire-entre-les-lignes/
  4. site web
  5. page Facebook
  6. Page Facebook de la Section RLQ - Montérégie
  7. Page Facebook de la Section RLQ région de Québec
  8. le site Youtube
  9. http://torydrroy.blogspot.com/
  10. a et b http://liberte-quebec.ca/wordpress/wp-content/uploads/RLQSondage2011_vfinale_complete.pdf Résultats sondage 2011
  11. a et b dans son émission sur V-Télé. Vidéo disponible sur http://il.youtube.com/watch?v=Doi17hchfg4
  12. Propos de Pierre Simard sur http://www.liberte-quebec.ca/index-3.php?news=6
  13. Réseau Liberté-Québec, jumeau idéologique du Tea Party of Canada, Benoît Dutrisac, Le Devoir, 4 septembre 2010. Disponible sur http://www.vigile.net/Reseau-Liberte-Quebec-jumeau
  14. Quebec's 'Tea Party' is born, Andrew Chung, Toronto Star, 5 septembre 2010. Disponible sur http://www.thestar.com/news/canada/article/856919--quebec-s-tea-party-is-born
  15. Entrevue accordée par Joanne Marcotte à radio X, le 1er septembre 2010. Audio disponible sur http://www.radioego.com/files/14/5547.mp3 23ème minute
  16. http://www.liberte-quebec.ca/index.html
  17. a et b http://www.liberte-quebec.ca/index-4.html
  18. Les « valeurs morales » contre les droits, Ruwen Ogien, Raisons publiques N°6, PUPS, 2007, p 48
  19. Propos issus du blog de Jacques Brassard et repris par Joanne Marcotte sur ttp://jomarcotte.wordpress.com/2010/09/28/le-probleme-avec-la-droite-de-richard-martineau/.
  20. http://lesanalystes.wordpress.com/2010/05/18/1899/#more-1899
  21. America's trouble wih Islam, Reuters. Disponible sur http://blogs.reuters.com/great-debate/2010/08/27/americas-trouble-with-islam/. Voir la section the isamophobic machine.
  22. Une résolution contre le « racisme » du Tea Party ?, Richard Hétu, Blog sur la Presse : http://blogues.cyberpresse.ca/hetu/2010/07/13/une-resolution-contre-le-%C2%ABracisme%C2%BB-du-tea-party/
  23. www.danielpipes.org/836/the-jewish-discovery-of-islam
  24. Voir par exemple son documentaire Islam exposed. Disponible sur http://www.youtube.com/watch?v=7s6-GvS4dGo
  25. Via leur mouvement Stop Islamisation of America. Exemple sur ttp://sioaonline.com/?p=443
  26. L'atlantisme comme nécessité , Drieu Godefridi, Institut Hayek, février 2003. Disponible sur http://www.fahayek.org/index.php?option=com_content&view=article&id=20:latlantisme-comme-nssit&catid=76:tribunes&Itemid=47
  27. Rand Corp: New Designs for Muslim World, Abdus Sattar Ghazali, Muslim observer, 26 juillet 2007, http://muslimmedianetwork.com/mmn/?p=946
  28. http://blogjacquesbrassard.blogspot.com/2010/05/le-prelat-comptable.html
  29. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/2010/02/24/001-Bernier-climat.shtml
  30. a et b http://lesanalystes.wordpress.com/2010/09/27/les-climato-soumis/
  31. http://lesanalystes.wordpress.com/2010/08/16/calamites-climatiques/
  32. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/quebec/201002/26/01-4255828-dette-le-quebec-au-5e-rang-dans-le-monde-industrialise.php Dette: le Québec au 5e rang dans le monde industrialisé
  33. http://lesanalystes.wordpress.com/2010/09/25/curzi-perd-sa-langue/
  34. TEA PARTY MOVEMENT DENOUNCES MEDIA CORRUPTION, Nation-wide Protest Rallies Aimed at Biased STATE MEDIA, http://www.lookingattheleft.com/2009/10/tea-party-movement-denounces-media-corrupton/
  35. L'impossible renaissance du conservatisme moral, Gilles Labelle, L'annuaire du Québec 2006, p 379
  36. http://www.liberte-quebec.ca/index-3.php?news=5
  37. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/09/01/003-reseau-liberte-qc.shtml
  38. http://www.liberte-quebec.ca/index-3.php?news=4
  39. http://www.ledevoir.com/politique/quebec/295449/la-droite-appuie-le-reseau-liberte-quebec
  40. Vers une nouvelle ADQ ? Steve Deschênes, Le Soleil, 10 novembre 2010. Disponible sur http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201011/09/01-4341022-vers-une-nouvelle-adq.php
  41. Les Fils de la Liberté Épisode 20 - Commentaires et analyse du Réseau Liberté-Québec. Disponible au http://www.lesfilsdelaliberte.net/2010/11/11/episode-20-commentaires-et-analyse-du-reseau-liberte-quebec/
  42. Les Fils de la Liberté Épisode 32 - RLQistes, skinheads antifas et angryphones. Disponible au http://www.lesfilsdelaliberte.net/2011/04/21/episode-32-rlqistes-skinheads-antifas-et-angryphones/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]