Qazvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Qazvin
(fa) قزوین
Mosquée du Vendredi, Qazvin.
Mosquée du Vendredi, Qazvin.
Administration
Pays Drapeau de l’Iran Iran
Province Qazvin
Indicatif téléphonique international +(98)
Démographie
Population 349 788 hab. (2006)
Géographie
Coordonnées 36° 16′ N 50° 00′ E / 36.27, 50 ()36° 16′ Nord 50° 00′ Est / 36.27, 50 ()  
Altitude 1 297 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Iran

Voir la carte administrative d'Iran
City locator 13.svg
Qazvin

Géolocalisation sur la carte : Iran

Voir la carte topographique d'Iran
City locator 13.svg
Qazvin
Sources
Index Mundi

Qazvin (en persan : قزوین) est une ville d'Iran située à l'ouest de Téhéran et au pied des monts Elbourz. Qazvin est la capitale de la province portant son nom.

Historique[modifier | modifier le code]

Qazvin: bazar et entrée d'une mosquée par Eugène Flandin vers 1840

Qazvin aurait été fondée par Shapur Ier, sous le nom de Shahd-e Shahpur. Ravagée de nombreuses fois par les Daylamites, harcelée par les Nizârites ou "Assassins" de la vallée voisine d'Alamut, détruite à deux reprises par les Mongols, elle devient la première capitale de l'empire safavide de 1555 à 1597. La ville décline progressivement, redevient prospère sous les Qadjars, mais souffre de l'occupation soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale. Sans que personne ne puisse expliquer pourquoi, Qazvin a la réputation d'être une ville où les hommes sont homosexuels ; de nombreuses plaisanteries circulent sur le sujet en Iran, et avouer être originaire de cette ville attire souvent les moqueries.[réf. nécessaire]

Particularités architecturales de la ville[modifier | modifier le code]

Monuments seljoukides[modifier | modifier le code]

  • Maddraseh-ye Haidarieh, comprenant un temple du feu sassanide transformé en mosquée
  • Le sanctuaire sud de la Mosquée du vendredi

Monuments safavides[modifier | modifier le code]

Tchehel Sotoun, pavillon safavide situé à Qazvin.
  • L'Imamzadeh-ye Hossein, mausolée d'un des fils du 8e Imam
  • Les iwans de la Mosquée du vendredi
  • Chehel Sotun, pavillon royal de Tahmasp Ier
  • Ali Qapu, portail du complexe palatial aujourd'hui disparu

Monuments qadjars[modifier | modifier le code]

Portail de l'Imamzadeh-ye Hossein, Qazvin.
  • Le portail de l'Imamzadeh-ye Hossein
  • Les arcades de la Mosquée du vendredi
  • Les portes de la ville (voir ci-dessous)

Réservoirs traditionnels[modifier | modifier le code]

Le sar-dar du anbar de Hadj Kazem à Qazvin, représenté par l'explorateur français Marcel Dieulafoy dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Au Moyen Âge, Qazvin était surnommée la « ville aux réservoirs d'eau ». Sur la centaine de réservoirs d'eau (Ab anbar) de Qazvin, seulement dix survivent aujourd'hui, tous protégés par l'Organisation provinciale de l'Héritage Culturel. Ceux-ci sont :

  • Réservoir Masjed Jame
  • Réservoir Molla Verdikhani
  • Réservoir Sardar-e-Bozorg
  • Réservoir Sardar-e-Kuchak
  • Réservoir Bazaar
  • Réservoir Agha
  • Réservoir Hadj Kazem
  • Réservoir Hakim.

Vieilles portes de la ville et autres édifices populaires[modifier | modifier le code]

Au IXe siècle, sept portes permettaient l'entrée dans la ville. À la période Qajare, il existait neuf portes autour de la ville, reliées par un rempart qui protégeait la ville. Ces portes (darvāzeh en Persan) étaient :

  1. Panbeh Riseh
  2. Sheikh Abad
  3. Rasht
  4. Maghlävak
  5. Khandaghbar
  6. Shahzadeh Hossein
  7. Mossala
  8. Téhéran
  9. Räh-e Koushk.

À cause des expansions urbaines au XXe siècle, il ne reste malheureusement que deux portes.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville est tournée vers le textile, en particulier la production de tissus de coton et de soie, ainsi que vers le cuir.

Transport[modifier | modifier le code]

Qazvin est reliée par le chemin de fer et se trouve sur la ligne Astara-Qazvin-Racht.

Personnalités nées à Qazvin[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :