Plan (organisation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Plan France)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plan.
Plan
Création 1937
Type Organisation non gouvernementale
Membre(s) 50 pays
Effectifs 7 000 salariés
60 000 bénévoles
Site web www.planfrance.org

Plan est une ONG de solidarité internationale sans attache politique, religieuse ou gouvernementale. Elle agit sur le terrain pour rendre autonomes les enfants et les jeunes exclus vivant dans des zones d’extrême pauvreté, et plus particulièrement ceux qui sont exclus du fait de leur religion, de leur ethnie, de leur lieu de vie et/ou de leur sexe[1]. Plan intervient aujourd’hui dans 50 pays en Afrique de l'Est, en Afrique de l'Ouest, en Asie et en Amérique latine.

Plan agit en rendant les enfants, familles et communautés acteurs de leur propre développement. Ainsi, les projets sont mis en œuvre par les communautés elles-mêmes et les actions sont conçues et réalisées avec les enfants dans le respect de leurs droits.

Les projets concernent 4 domaines d’action[modifier | modifier le code]

  • satisfaire les besoins vitaux des enfants et des jeunes,
  • les protéger contre toutes formes de violence et d’exploitation,
  • leur donner accès à une éducation et une formation de qualité
  • leur permettre de faire valoir leurs droits.

Fondée en 1993, Plan France est une Association de droit français et membre de PLAN International tout en étant une entité indépendante dans sa gestion. L’action de Plan France n’est possible que grâce à la générosité du grand public, des bailleurs privés et publics. Dès sa création, PLAN instaure le principe de parrainage pour soutenir les enfants et tisser des liens avec les donateurs. Aujourd’hui, ce sont près de 40 000 parrains et marraines qui aident environ 400 000 enfants, grâce aux projets de développement soutenus par leur parrainage. Depuis février 2011, Plan France est membre du Comité de la Charte du don en confiance.

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

  • 50 pays en développement bénéficiaires - 20 pays donateurs
  • 7 000 salariés dans le monde
  • 60 000 bénévoles dans le monde
  • 1,4 million d’enfants parrainés
  • 1,3 million de parrains et marraines à travers le monde
  • 6 100 projets de développement bénéficiant à 10 millions d’enfants

Historique[modifier | modifier le code]

L’ONG PLAN est née en 1937 à l’initiative de deux journalistes souhaitant venir en aide aux orphelins de la Guerre Civile Espagnole. Peu à peu, ses activités se sont élargies aux enfants de toute l’Europe. Durant la Seconde Guerre mondiale, l'organisation devient « Foster Parents Plan for War Children » (Plan de Parrainage pour les Enfants de la Guerre) basée en Angleterre et s'occupe des enfants déplacés à travers toute l'Europe.

C'est John Langdon-Davies, le fondateur de PLAN, qui a alors l’idée d'établir une relation personnelle entre un enfant orphelin et un parrain anglais. Ce parrainage continue de se développer après guerre, auprès d’enfants vivant encore avec leurs familles afin de les aider à rester ensemble. Depuis ses débuts en Chine en 1948, en Colombie en 1962, et plus récemment au Cambodge en 2003 et au Mozambique en 2005, PLAN a progressivement apporté son expertise et son expérience au service des enfants pour améliorer leurs conditions de vie dans 50 pays.

Approche du développement[modifier | modifier le code]

PLAN est l’une des plus anciennes et plus importantes organisations de solidarité internationale. Elle intervient dans le but d’améliorer les conditions de vie des enfants marginalisés et de leur famille, de leur permettre d’accéder à une plus grande autonomie et de participer activement à un cycle vertueux et pérenne de développement. Au fil des années, PLAN a déterminé un socle de valeurs et des repères cohérents pour agir. Tous les projets sur le terrain répondent à une vision à long terme et obéissent à 4 principes d’interventions :

  • Les droits de l’homme comme pilier de ses actions

PLAN est guidé par des principes établis dans les traités internationaux touchant aux droits humains. PLAN inscrit son action dans le cadre de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant de 1989, ratifiée par 192 pays, et des Objectifs du Millénaire pour le Développement, adoptés en 2000 par 193 États membres de l’ONU et plus de 23 organisations internationales.

  • Les enfants et les jeunes au centre des projets

PLAN identifie les communautés où les droits de l’enfant sont les moins respectés. Tous les programmes de PLAN mettent ainsi l’accent sur les enfants et les jeunes marginalisés : victimes de conflits ou de catastrophes naturelles, exclus pour des raisons ethniques, religieuses, médicales, ou tout simplement parce que ce sont des filles.

  • La participation comme facteur d’autonomisation

Un changement réel dans les pays où PLAN intervient est obtenu grâce à l’implication des enfants et des jeunes, de leurs familles et de leurs communautés. Ils sont acteurs de leur propre développement et leur autonomisation est la clé pour briser le cycle de la pauvreté. Ils identifient eux-mêmes leurs besoins et participent à la mise en œuvre de ceux-ci.

  • Des projets menés en partenariat avec les autorités et associations locales

PLAN intervient auprès des enfants et des jeunes en concertation avec les instances villageoises existantes et en partenariat avec les autorités locales et nationales. Ce principe garantit la pérennité des progrès de développement. PLAN assure la participation des communautés et des agents de l’État afin qu’ils puissent prendre eux-mêmes en charge, sur la durée, les actions de développement qui les concernent.

Les domaines d'action[modifier | modifier le code]

Les projets durent en moyenne 15 ans dans 4 domaines d’action :

  • satisfaire leurs besoins vitaux : santé, nutrition, eau et environnement sain

L’accès aux services de santé, aux infrastructures d’eau et d’assainissement et à une nutrition correcte reste un défi pour de nombreuses familles et communautés, surtout dans les zones d’extrême pauvreté. L’action de PLAN contribue à réduire l’extrême pauvreté et la faim, réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans, améliorer la santé maternelle, combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies ainsi que préserver l’environnement.

  • les protéger contre toutes formes de violence et d’exploitation

Des millions d’enfants sont victimes d’exploitation et de violences (physiques ou psychologiques) au sein de leurs familles, de leurs communautés ou encore à l’école. Trafic sexuel, travail infantile, mariage précoce, enrôlement dans des conflits armés…autant de pratiques allant à l’encontre de leur droit. Pour protéger les enfants, PLAN agit par exemple en créant des actions de sensibilisation visant à changer les mentalités, en appuyant les services de protection de l’État ou en faisant la promotion de cadres légaux garantissant pleinement la protection des enfants…

  • leur donner accès à une éducation et une formation de qualité

L’éducation d’un individu l’aide à devenir un adulte et un citoyen autonome. PLAN milite pour que chaque enfant, fille et garçon, ait accès à une éducation de qualité, pour sortir de la pauvreté et se voir offrir de plus grandes opportunités. Parce que 75 millions de filles dans le monde ne vont pas à l’école, PLAN leur accorde une attention particulière. PLAN intervient dans le cadre des politiques nationales, afin de renforcer durablement les systèmes scolaires existants.

  • leur permettre de faire valoir leurs droits

PLAN considère que les enfants ont le droit de prendre part aux décisions qui les concernent et qui affectent leurs vies. PLAN implique les enfants dans la prise de décision et la mise en œuvre des actions de développement et plaide auprès des autorités publiques pour qu’elles adoptent une telle approche. Cependant, cette participation est possible seulement si les enfants sont en mesure de s’exprimer et de faire valoir leurs droits et si les adultes assurent l’effectivité de ce droit en étant prêts à prendre en considération l’avis des enfants.

Les pays où PLAN mène ses actions[modifier | modifier le code]

PLAN mène des actions dans 50 pays en développement, en Asie, en Amérique latine ainsi qu'en Afrique de l'Est et de l'Ouest.

  • Comment débute un projet ?

Pour s’implanter, PLAN passe un contrat de partenariat avec l’État. Il réalise toutes les étapes nécessaires à la mise en place d’un programme visant à améliorer les conditions de vie des communautés qui en ont le plus besoin, sur le long terme. Il revient ensuite à ces dernières de prendre la décision de participer ou non, car l’action de PLAN n’est jamais imposée. Il sensibilise les enfants, parrainés ou non, et les adultes aux droits dont ils sont dépositaires.

  • Comment sont choisis les pays d’intervention ?

La présence de PLAN dans un pays peut être due à une sollicitation de la part des autorités ou bien à un choix selon des critères préalablement fixés : implication des autorités étatiques dans l’aide au développement de leur population, taux de mortalité des moins de 5 ans supérieur à 40 ‰ et indice de développement humain inférieur à 0,72.

  • Combien de temps durent les projets ?

Des objectifs à atteindre sont fixés avec les communautés, et une fois ceux-ci atteints, PLAN quitte la zone après s’être assuré que la communauté possède les infrastructures et les compétences nécessaires pour faire perdurer le changement amorcé. Le temps d’application d’un projet est-en moyenne dans une communauté entre 10 et 20 ans. Seul un travail commun permet d’atteindre un développement durable des populations.

Exemples de projets menés par Plan France[modifier | modifier le code]

  • Tanzanie : éradiquer les pires formes de travail des enfants

En Tanzanie, du fait de l’extrême pauvreté des familles, plus de 70 % des enfants âgés de 5 à 17 ans sont impliqués dans des activités économiques, malgré la législation existante. Depuis janvier 2012, le projet mené par PLAN dans 8 circonscriptions minières du district de Geita a pour objectif de lutter contre le travail des enfants et particulièrement contre la prostitution et le travail dans les mines. Le projet bénéficiera à terme à 65 600 filles et 64 300 garçons de moins de 18 ans ainsi qu’aux 260 000 habitants de la zone d’intervention.

  • Inde : promouvoir l’emploi des jeunes à travers la formation professionnelle

Malgré son économie prospère, l’Inde connaît un chômage des jeunes de moins de 25 ans très important. Ces jeunes demandeurs d’emploi sont confrontés au monde du travail sans qualifications adéquates, ni ressources pour accéder aux formations professionnelles. PLAN mène un projet de formation professionnelle dans les quartiers défavorisés de Delhi, afin de donner à 3 000 jeunes, dont 1 600 jeunes filles, les moyens d’accéder à un emploi formel, stable et suffisamment rémunéré. 5 centres de formation ont été créés, spécialisés dans les secteurs de l’accueil, du commerce, de la relation clients et des centres d’appels téléphoniques.

  • Colombie : prévenir les violences sexuelles

En Colombie, les mineurs, et en particulier les filles, sont les 1ères victimes de sévices sexuels. À cause des préjugés et des tabous sociaux qui les entourent, ce type de violence contre les enfants est peu dénoncé, en Colombie comme partout dans le monde. Entre octobre 2010 et avril 2012, PLAN a mené un projet dans la ville de Sincelejo, où le taux de violence est supérieur à la moyenne nationale. L’objectif était de prévenir les violences sexuelles à l’encontre des enfants et adolescents de la ville, en faisant la promotion de leurs droits sexuels et reproductifs via 3 axes : la formation des enfants et de leur entourage direct, la participation des jeunes à des actions de sensibilisation, le renforcement des capacités des institutions publiques de santé et de protection de l’enfant.

Exemples de campagnes et plaidoyer menés par Plan France[modifier | modifier le code]

PLAN mène également des activités de plaidoyer et de mobilisation pour promouvoir les droits des enfants et des jeunes les plus marginalisés. Les campagnes visent à provoquer des changements durables, en influençant les décideurs politiques et économiques, et en mobilisant l’opinion publique. 3 campagnes ont marqué l’année 2011/2012 :

  • « Because I am a Girl »

PLAN défend une meilleure prise en compte des besoins des filles et veut faire respecter leurs droits. Malgré la signature de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant par la majorité des pays du monde, les filles ne bénéficient pas des mêmes droits que les garçons. C’est pourquoi PLAN mène la campagne internationale « Because I am a Girl ». Débutée en 2007, cette campagne vise à interpeller le grand public et les décideurs institutionnels sur cette cause afin d’améliorer concrètement les conditions de vie des filles dans le monde. Le 11 octobre 2012 a été reconnu par l’ONU comme « Journée internationale de la fille » suite à l’initiative de PLAN.

  • « Chaque enfant compte »

PLAN veut faire de l’enregistrement des naissances une priorité mondiale. Presque un tiers des enfants qui naissent chaque année dans le monde (environ 50 millions de personnes) n’est pas enregistré. Sans certificat de naissance, les enfants sont vulnérables face à l’exploitation : travail clandestin, exploitation sexuelle, enrôlement comme soldat, mariage précoce... L’enregistrement de l’individu à sa naissance est essentiel pour lui permettre d’apporter la preuve de son identité et d’accéder à ses droits comme la vaccination, les soins de santé, l’éducation, le travail…5 ans après son lancement, la campagne a permis d’offrir une identité formelle à plus de 40 millions d’enfants.

  • « Apprendre sans peur »

Les formes de sanctions psychologiques, cruelles et humiliantes, la violence à caractère sexiste et l’intimidation demeurent une réalité quotidienne pour des millions d’enfants. Les violences touchent plus souvent les enfants victimes de discriminations (ethniques) et les établissements surpeuplés, situés dans des quartiers pauvres et dont les professeurs manquent de formation. Lancée en 2008, la campagne « Apprendre Sans Peur » a pour objectif de mettre un terme à la violence contre les enfants dans toutes les écoles afin qu’ils soient en sécurité dans leur environnement scolaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Une campagne spécifique, "Because I'm a girl", défend les droits des filles et l'égalité des sexes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]