Pine Point (Territoires du Nord-Ouest)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pine Point
Image illustrative de l'article Pine Point (Territoires du Nord-Ouest)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau des Territoires du Nord-Ouest Territoires du Nord-Ouest
Statut municipal Ville fantôme
Démographie
Population hab.
Géographie
Coordonnées 60° 50′ 01″ N 114° 27′ 17″ O / 60.833493, -114.45484460° 50′ 01″ Nord 114° 27′ 17″ Ouest / 60.833493, -114.454844  
Divers
Fuseau horaire [[]]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Pine Point

Géolocalisation sur la carte : Territoires du Nord-Ouest

Voir la carte administrative des Territoires du Nord-Ouest
City locator 14.svg
Pine Point

Géolocalisation sur la carte : Territoires du Nord-Ouest

Voir la carte topographique des Territoires du Nord-Ouest
City locator 14.svg
Pine Point

Pine Point est une ancienne ville des Territoires du Nord-Ouest au Canada. Elle est développée autour de la mine de Pine Point ouverte en 1966 et fermée en 1987.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située à environ 10 km au sud du Grand Lac des Esclaves et à 87 km à l'est de Hay River. On retrouve au sud de la ville, le parc national Wood Buffalo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Érection de la ville[modifier | modifier le code]

Quelques explorations minières sont effectuées dans la région vers 1896 et 1929. Ce sont les travaux d'exploration de 1948 qui pousseront toutefois la compagnie Cominco à développer un mine au sud du Grand Lac des Escales. On crée donc la compagnie Pine Point Mines en 1951[1] afin d'y exploiter les gisement de plomb et de zinc. On considère alors le gisement de Pine Point comme étant le plus important connu au Canada[2].

La construction de la ville et de la mine débute en 1962. Le gouvernement canadien construit donc un chemin de fer entre Roma (située près de Grande Prairie en Alberta) et Pine Point entre 1963 et 1965. On commence la production minière vers 1964-1965[2]. La ville est également desservie par la Fort Smith Highway (en) et par un aéroport.

1965-1987[modifier | modifier le code]

La ville croît rapidement. En moins 15 ans, on atteint plus de 1 500 habitants. On ne cherche pas à avoir une simple installation pour travailleurs, on développe une nouvelle ville avec différentes installations et où l'on retrouve des familles, des commerces et des écoles.

La population cesse de croître à la fin des années 1970. Dès 1983, la compagnie annonce une fermeture prochaine de la mine[3], diminuant l'explosion démographique. On remarque une importante croissance de problèmes sociaux après l'annonce de la fermeture[4].

Fermeture de la ville[modifier | modifier le code]

En 1987, on annonce la fermeture de la mine en raison de la chute des prix mondiaux du zinc et du plomb, de l'épuisement des réserves de minerai et de l'éloignement des marcés, bien que la mine fût reliée par voie ferrée au réseau principal du Canadien National[5].

En mars 1987, le gouvernement canadien a pris un certain nombre d'engagements à la suite de la fermeture de la mine de Pine Point et, conséquemment, de la ville de Pine Point. On ordonne la fermeture de la ville pour le 1er septembre 1988. La majorité des maison ont été vendues et déplacées dans des villes avoisinantes. Lors du recensement de 1986, on y comptait 1 560 habitants[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Histogramme
(Élaboration graphique par Wikipédia)
(Sources : Recensements de Statistique Canada[3])

Installations[modifier | modifier le code]

La ville comprenait plusieurs installations, notamment :

  • École secondaire Matonabbee (brûlée le 1er février 1980)
  • Clinique médicale
  • Commerces
  • Églises catholiques et protestantes
  • Aréna et centre de curling
  • Terrain de golf 9 trous

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annelies Pool, « Pine Point », sur L'Encyclopédie canadienne (consulté le 30 septembre 2012)
  2. a et b (en) « History of Exploration and Development », sur Government of the Northwest Territories - Industry, tourisme and investment (consulté le 30 septembre 2012)
  3. a et b (en) Robert M. Bone, Resource Towns in the Mackenzie Basin, vol. 42,‎ 1998 (lire en ligne), chap. 116, p. 249-259
  4. (en) Andersen Management Services Inc, Socio-economic impact assessment for the town of Pine Point,‎ 1987, 89 p.
  5. a et b Michel Veyron, Dictionnaire canadien des noms propres, Louiseville (Québec), Larousse,‎ 1989, 764 p. (ISBN 2-920318-06-3), p. 538

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]