Pierre Lecomte du Nouÿ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lecomte.

Pierre Lecomte du Nouÿ[1] (Paris, 20 décembre 1883 - New York, 22 septembre 1947) est un mathématicien, biophysicien, écrivain et philosophe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Lecomte du Nouÿ est un descendant de Pierre Corneille, fils d'Hermine et d'André Lecomte du Nouÿ, tous deux proches du milieu littéraire et artistique.

Il s'inscrit à la Sorbonne en 1913, mais, en 1914, pendant la guerre, il rencontre Alexis Carrel qui l'initie aux méthodes scientifiques. Il présente une thèse en 1917 puis part pour les États-Unis.

Attaché (1919), puis membre associé (1920-1927) de l'Institut Rockefeller à New York, il devient chef de service à l'Institut Pasteur de Paris (1927-1936). Il est nommé en 1937, directeur d'étude à l'École pratique des hautes études de la Sorbonne.

C'est en 1928 qu'il écrit son premier article pour la Revue de Paris.

En 1939, il est à Paris lors de la déclaration de la guerre, mais réussit à quitter l'Europe pour les États-Unis en août 1943 où il poursuivra ses travaux et donnera, entre 1944 et 1945, de nombreuses conférences dans les camps militaires américains[2].

Il a écrit et fait publier plusieurs ouvrages philosophiques (1942-1944).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Équilibres superficiels des solutions colloïdales (Masson 1929)
  • La tension superficielle et sa mesure, La Nature N°2857 - 15 mai 1931
  • Méthodes physiques en biologie et en médecine (Baillière 1933)
  • Le temps et la vie ( N.R.F. 1936)
  • La température critique du sérum (Hermann 1936)
  • L'Homme devant la science (1939)
  • L'Avenir de l'esprit (1941)
  • La Dignité humaine (1942)
  • L'Homme et sa destinée (1947)

Citations[modifier | modifier le code]

  • « L'homme est le seul être qui éprouve le besoin d'accomplir des actes inutiles. » (La dignité humaine)
  • « [L'homme] existe moins par les actes qu'il exécute pendant sa vie que par le sillage qu'il laissera derrière lui, comme une étoile filante. »
  • « C'est dans ce qu'il y a de divin en l'homme, et non dans ce qu'il y a d'humain dans les doctrines qu'il faut chercher l'unité des religions. » (La dignité humaine, 153)
  • « La liberté n'est pas qu'un privilège : elle est une épreuve. Nulle institution humaine n'a le droit d'en exempter un homme. » (id., 132)
  • « Il n'existe pas d'autre voie vers la solidarité humaine que la recherche et le respect de la dignité individuelle. » (L'Homme et sa destinée)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Très couramment écrit Pierre Lecomte du Noüy à tort.
  2. Biographie de Pierre Lecomte du Nouÿ, en ligne

Sources[modifier | modifier le code]