Parc national Manuel-Antonio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national de Manuel Antonio
Image illustrative de l'article Parc national Manuel-Antonio
Falaise
Catégorie UICN II (parc national)
Emplacement Puntarenas, Costa Rica
Ville proche Quepos
Coordonnées 9° 13′ 24″ N 84° 04′ 51″ O / 9.2232, -84.0809 ()9° 13′ 24″ Nord 84° 04′ 51″ Ouest / 9.2232, -84.0809 ()  
Superficie 16,24 km2
Création 15 novembre 1972
Site web (es) Site officiel

Géolocalisation sur la carte : Costa Rica

(Voir situation sur carte : Costa Rica)
Parc national de Manuel Antonio

Le parc national Manuel-Antonio se situe sur la côte pacifique du Costa Rica, dans la province de Puntarenas. Manuel-Antonio a été sélectionné par la revue Forbes en 2011 parmi les 12 parcs les plus beaux du monde[1].

Le parc est situé à 157 kilomètres au sud de la ville de San José, capitale du Costa Rica, et a 7 kilomètres au sud de la ville de Quepos, entre Damas et Matapalo. Il a été créé le 15 novembre 1972 et a une superficie de 1 983 hectares pour la partie terrestre et de 55 000 hectares pour la partie marine, dédié à la conservation, l’étude et le tourisme écologique orienté vers l’éducation environnementale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région du parc national Manuel-Antonio était peuplée par la communauté indigène Quepoa, éponyme de la ville de Quepos. Sous l’impulsion des colons, les terres ont été transformées en terres cultivées et acquises par la United Fruit Company, jusqu’en 1974 où sur pression du peuple costaricien l’État l’acquière. Le parc est actuellement administré par l’Aire de conservation Pacifique central (Área de Conservación Pacífico Central, ACOPAC), qui fait partie du Système national des aires de conservation (SINAC) (es), dépendant du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et des Télécommunications (MINAET) (es).

Flore[modifier | modifier le code]

Le parc protège une parcelle de forêt primaire, une forêt secondaire, une mangrove, une végétation de plage, milieux marins, des îles et une baie de 14 hectares. Les espèces rencontrées les plus caractéristiques de la forêt primaire sont l’arbre à pluie, les Ceibaetc.

La mangrove couvre approximativement 18 hectares ; elle est constituée de trois espèces, le palétuvier rouge, le palétuvier blanc et la palétuvier noir. La plage est plantée d’amandiers et de cocotiers.

Sont communs :

Faune[modifier | modifier le code]

La faune la plus représentée sont les carcajous, les coatis, le paresseux à deux doigts, le Capucin, des félins et le singe saïmiri, sous espèce endémique du parc en danger d’extinction du fait de la destruction de son habitat et à son utilisation comme animal de compagnie.

On observe fréquemment dans le parc des espèces d’oiseaux tel le toucancillo, le pélican, le guaco, l’épervier-pécheur, le martin-pécheur vert et le chirín coca. Il est possible d’observer des iguanes, des garrobos, des serpents et de nombreux insectes.

On observe facilement la race de singes dénommée Capucin à tête blanche qui écume les plages à la recherche de nourriture.

Il y a aussi une faune marine exubérante tel murène, raie manta, poisson ange, ourssins et des étoiles de mer.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Ce parc est parmi les paysages les plus impressionnants du Costa Rica et du monde. Il compte des anses variées avec de multiples plages de sables blancs, de grandes montagnes et des forêts qui descendent sur les plages. Il contient une grande biodiversité terrestre et marine, et des récifs coraliens. Le parc est visité par une grande quantité de touristes, et on trouve pour eux de nombreux aménagements dans les environs.

Le parc national Manuel-Antonio est l’une des destinations touristiques les plus incontournables du Costa Rica ; son accès est facile, et nombreux sont les services de restauration et hôtelier. Il est le parc le plus visité du pays.

Parmi les grandes attractions : les plages bordées par la forêt tropicale. Le parc attire surfeurs, baigneurs, les « éco-touristes » et les observateurs d’oiseaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Parcs nationaux du Costa Rica
  • Mario A. Boza et Rolando Mendoza, Los Parques nacionales de Costa Rica, Instituto Costarricense de Turismo,‎ 1981.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jane Levere, « The World’s Most Beautiful National Parks », Forbes, 29 août 2011. Consulté le 5 octobre 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]