Obliterator

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Obliterator
Éditeur Psygnosis
Développeur Psygnosis
Concepteur David H. Lawson
Garvan Corbett
Jim Bowers
David Whittaker

Date de sortie 1988
Genre Action-aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Amiga, Atari ST, Amstrad CPC, MSX, ZX Spectrum
Média Disquette, cassette
Contrôle Souris, clavier

Obliterator est un jeu vidéo d'action-aventure développé et édité par Psygnosis, sorti en 1988 sur les ordinateurs 16 bits Amiga et Atari ST. Le jeu a été adapté sur les systèmes 8 bits Amstrad CPC, MSX et ZX Spectrum en 1989 par Melbourne House.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Obliterator hérite de l'interface de jeu à la souris employée dans Barbarian (1987), un jeu des mêmes concepteurs qui avait marqué les esprits de possesseurs de micros 16/32-bits[1]. Le jeu prend ici place dans un univers de science-fiction avec une progression moins linéaire qui laisse plus de place à l'exploration.

Développement[modifier | modifier le code]

David H. Lawson a programmé le jeu tandis que Garvan Corbett et Jim Ray Bowers ont réalisé les graphismes. David Whittaker a composé la bande-son et Roger Dean conçu l'illustration de la boîte de jeu.

Accueil[modifier | modifier le code]

Obliterator a reçu des appréciations globalement positives dans la presse spécialisée. Dans la magazine français Tilt[2], le testeur conclut que c'est « un logiciel très soigné, typique de la qualité Psygnosis, qui tiendra longtemps (le joueur) en haleine. ». Dans Génération 4, la musique de David Whittaker est jugée « envoûtante » . Le rythme de jeu, plutôt lent, et l'absence de scrolling continu sont cependant critiqués.

Notes dans les médias : ACE : 570/1000 • Commodore User : 7/10 • Génération 4 : 86 % • Tilt : 16/20

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au moment de la sortie d'Obliterator, Barbarian est toujours classé n°1 dans le top 10 des lecteurs de Génération 4.
  2. Obliterator, Alain Huyghues-Lacour, Tilt, p. 38-39, n°55, juin 1988.