Neuromodulation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En neuroscience, la neuromodulation est le processus par lequel plusieurs classes de neurotransmetteurs du système nerveux régulent plusieurs populations de neurones. À l'opposé de la transmission synaptique, dans laquelle une neurone présynaptique influence directement un pair postsynaptique, les transmetteurs neuromodulateurs secrétés par un groupe restreint de neurones se diffusent à travers le système nerveux, ayant un impact sur multiples neurones.

Parmi les neuromodulateurs on trouve par exemple la dopamine, la sérotonine, l'acétylcholine, et l'histamine, mais aussi bien d'autres.

Systèmes neuromusculaires[modifier | modifier le code]

Les neuromodulateurs peuvent altérer le rendement d'un système physiologique en travaillant sur les entrées associées (par exemple, les générateurs de modèles centraux). Toutefois, du travail sur ces modèles suggèrent que cela seul est insuffisant[1] parce que la transformation neuromusculaire des données neuronales aux rendements musculaires peut être accordée à des plages spécifiques de données. On propose que les neuromodulateurs doivent agir non seulement sur le système de données mais doit aussi changer la transformation elle-même pour produire les contractions de muscles voulus comme rendement final[1].

En médecine[modifier | modifier le code]

La première implantation d'un neurostimulateur et d'une électrode de neuromodulation date de 1967[réf. souhaitée] pour le traitement d'une douleur neuropathique chronique. Depuis, la neuromodulation s'est développée.

La neuromodulation est utilisée en médecine clinique dans le cadre de la neurostimulation cordonnale postérieure, la neurostimulation des noyaux gris centraux, la neurostimulation du thalamus et ou du cortex, de l'analgésie péridurale ou de la stimulation des nerfs périphériques (nerfs qui ne sont pas dans le canal rachidien).

Schématiquement les techniques de neuromodulation en médecine clinique utilisent le principe d'intervention sur la neurotransmission [2]. Ainsi dans l'anesthésie péridurale (ou épidurale) l'administration d'un anesthésique local va bloquer la transmission des messages nerveux issus des nerfs périphériques afin soit de permettre une abolition des messages douloureux (analgésie) et/ou des messages sensitifs (tact, palesthésie) ce qui procure une anesthésie complète.

La neuromodulation cordonnale postérieure, également appelée neurostimulation cordonnale postérieure, est l'utilisation d'un champs électrique afin de stimuler la neurotransmission au sein de la moelle épinière. Cette technique est principalement utilisée pour le traitement de certaines douleurs chroniques.

La neurostimulation Périphérique est également une technique de neuromodulation puisque la stimulation d'un nerf par l'intermédiaire d'une électrode (qui délivre un champ électrique) qui modifie la fréquence, l'amplitude des potentiels d'actions issus des récepteurs des neurones qui forment les nerfs périphériques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Neuromodulation » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b (en) Stern, E; Fort TJ, Millier MW, Peskin CS, Brezina V (2007). "Decoding modulation of the neuromuscular transform". Neurocomputing (6954). DOI: 10.1016/j.neucom.2006.10.117
  2. Interventional and Neuromodulation techniques for Pain Management, vol 1, ELSEVIER SAUNDERS ed, 2012 série dirigée par T. R DEER: (ISBN 9781437722192)