National Television System Committee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis NTSC)
Aller à : navigation, rechercher

NTSC (National Television System Committee, c'est-à-dire « Comité du système de télévision nationale ») est un standard de codage analogique de la vidéo en couleurs lancée aux États-Unis en 1953. Il est adapté aux formats vidéo 525 lignes et 30 images par seconde. Il peut être exploité pour les DVD-vidéo avec une résolution de 720 × 480 lignes. Le standard NTSC est exploité en Amérique du Nord, dans une partie de l’Amérique du Sud (NTSC-M) ainsi que l’Asie, dont le Japon (NTSC-J).

Principes techniques[modifier | modifier le code]

Dans sa forme professionnelle (captation, caméras, studios, régies…) le signal vidéo couleur est composé de deux informations élémentaires combinée au signal noir et blanc (Y) : U=B-Y (différence de bleu) et V=R-Y (différence de rouge). En théorie, deux porteuses distinctes sont indispensables pour véhiculer les données de chrominance et de luminance (Y). Afin d’en n'employer qu’une seule, le signal vidéocomposite est modulé en amplitude et en phase avec une seule porteuse.

La norme de télédiffusion « Q » associée au NTSC transporte donc simultanément ses deux composantes colorimétriques sur la même porteuse modulée en amplitude avec un système de quadrature de phase entre les deux informations de chrominance.

La fréquence de cette porteuse est approximativement de 3,58 MHz (sauf dans la version NTSC-4.43, où elle est de 4,43 MHz ce qui correspond à la porteuse du PAL). Afin de limiter l’influence de la qualité de la réception sur les variations de colorimétrie, ce ne sont pas directement les signaux U et V qui sont modulés, mais une combinaison de ceux-ci nommés I et Q :


I = -0,2676*U+0,7361*V


Q = +0.3869*U+0.4596*V

On peut directement obtenir Y, I et Q en fonction de R, G et B (voir aussi la Chrominance) :


\begin{pmatrix} Y \\ I \\ Q \end{pmatrix}
=
\begin{pmatrix}
+0,299 & +0,587 & +0,114 \\
+0,596 & -0,274 & -0,322 \\
+0,212 & -0,523 & +0,311
\end{pmatrix}
\times
\begin{pmatrix} R \\ G \\ B \end{pmatrix}

Variante du NTSC : PAL 60 Hz[modifier | modifier le code]

Il existe une technologie inventée après la guerre par les Américains pour pouvoir lire leurs cassettes vidéo NTSC sur les postes de télévision allemands utilisant la norme PAL. Ce procédé modifie la démodulation à la fréquence porteuse couleur pour 4,43 MHz (le PAL 60). En revanche, l’image reste en définition 525 lignes ; elle peut alors être anamorphosée (comprimée verticalement) ou représenter des barres noires en haut et en bas de l’écran. Le signal est alors composé de 60 trames (demi images) par seconde ou 30 images par seconde.

Défauts lors de la télédiffusion[modifier | modifier le code]

Le standard NTSC a fait l’objet de vives critiques en raison de la médiocrité de la fidélité des couleurs lors de sa réception avec un téléviseur conventionnel (datant d’avant 1990). Ce phénomène engendré par les faiblesses des circuits analogiques (démodulation et recomposition du signal vidéocomposite) lui a valu le surnom de Never Twice the Same Color (« jamais deux fois la même couleur »). En raison d’un déphasage de la chrominance, le phénomène le plus gênant concerne alors la teinte de la peau humaine (les visages varient du verdâtre à l’orangé sombre). Un réglage spécifique existe donc sur tous les téléviseurs NTSC : la fonction hue qui permet de réajuster la phase du signal couleur. Toutefois, ce phénomène est pratiquement inexistant avec les appareils numériques (lecteur DVD, démodulateur câble, satellite, terrestre, ADSL TV, console de jeux vidéo…). Ce phénomène n’existe pas chez les deux concurrents européens PAL et SECAM.

Compatibilité[modifier | modifier le code]

Entre le NTSC et le PAL/SÉCAM, il convient d’exploiter un convertisseur numérique, lequel va compenser le nombre d’images par seconde (25 ou 30) et la résolution image (525 ou 625 lignes). En dehors des très coûteux équipements professionnels « broadcast » (diffusion), un convertisseur PAL/NTSC procure une image de qualité médiocre (effets de saccade, perte de définition, couleurs moins fidèles, bruit de fond…)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]