Takahé du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Takahé)
Aller à : navigation, rechercher

Le Takahé du Sud (Porphyrio hochstetteri) est une espèce d'oiseaux endémique de l'Île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Cette espèce a longtemps était regroupée avec celle de l'Île du Nord, qui elle est éteinte, Porphyrio mantelli, sous le nom de Talève takahé ou takahé.

Description[modifier | modifier le code]

Il est incapable de voler, mesure 63 cm en moyenne, possède un bec massif, des ailes réduites et des pattes puissantes. L'apparence du mâle et de la femelle est identique, seuls les poussins sont de couleur brune.

Redécouverte[modifier | modifier le code]

Avant une expédition menée par Geoffrey Orbell en 1948, le takahé du Sud était considéré comme une espèce éteinte par la communauté scientifique internationale. La découverte de spécimens dans le Fiordland, une zone difficile d'accès au Sud-Ouest de la Nouvelle-Zélande, a engendré la création d'un parc naturel de 500 km2 sur le lieu de la découverte.

En 1981, la population était de 120 individus. En 2006, elle était de 313[1].

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Répartition des takahés du Sud en 1984 en Nouvelle-Zélande

C'est un oiseau herbivore se nourrissant de diverses plantes que l'on rencontre dans les zones de prairies alpines. Il mange un grand choix de plantes et son régime est semblable à celui du pükeko (poule sultane), le parent le plus proche du takahé du Sud. On peut souvent voir que le takahé du Sud pince une tige d'herbe neigeuse, la prenant dans une griffe et mangeant seulement les parties douces inférieures qui sont son alimentation préférée, le reste étant laissé.

Comportement[modifier | modifier le code]

Il est territorial et pond généralement deux œufs dans un nid qu'il confectionne sous un tronc ou dans les herbes. C'est une espèce bruyante au cri fort. Le taux de survie des poussins est d'environ 75 %.

Menaces[modifier | modifier le code]

La quasi-extinction du takahé du Sud est due à une chasse massive par les Māori (avant l'arrivée des colons européens du fait de la facilité à le capturer), à la réduction de son habitat et à l'introduction de prédateurs tels que les rats, furets, hermines et les chats. Afin de le préserver, il a été introduit dans des îles néo-zélandaises où il n'y a pas de prédateurs, telles que Tiritiri Matangi, Kapiti, Maud et Mana. Il y existe également des projets de sauvegarde de l'espèce en captivité à Te Anau et au Mt Bruce Wildlife Centre, près de Masterton.

Le nom spécifique scientifique commémore le géologue autrichien Ferdinand von Hochstetter.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]