Mohamed al Hayani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mohamed al Hayani, né à Casablanca en 1947 et mort en 1996, était un chanteur marocain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mohamed El Hayani est né à Casablanca en 1945. Sa passion pour le chant l’a mené à Rabat où il intègre la chorale de la radio nationale, encouragé par le doyen de la chanson marocaine, Abdelkader Rachdi. El Hayani a enregistré sa première chanson "Ya Oulidi" à la fin des années soixante avant de marquer les esprits avec "Rahila", chanson mythique composée par feu Abdessalam Amer[1].

Cette chanson et d’autres chefs-d’œuvre ont traversé le temps, faisant de lui un grand, toujours vivant dans les cœurs des mélomanes qui fredonnent encore "Bard ou skhoun", "Ghabou lhbab", "Imta tghanni ya galbi", "Qissat Alachwaq"... Les fans d’El Hayani se souviennent aussi de son premier essai dans le cinéma en 1982. "Les larmes du regret" du réalisateur Hassan El Moufti, aux côtés de Hammadi Ammour et Habiba Medkouri, a été un grand succès populaire.

Le rossignol du Maroc, notre Abdelhalim Hafez national, comme aimait le surnommer le roi Hassan II, avait visité l’Égypte pour découvrir la vie artistique du pays du Nil. Il a également chanté en Tunisie et en Algérie, où il est une idole pour les amateurs de la musique arabe authentique.

Ses amis parlent de lui en évoquant sa fierté, sa bonté et son élégance. Mohamed El Hayani ne pensait jamais au bénéfice et n’a jamais considéré l’art comme un commerce. Et son attachement à sa famille n’a d’égal que son respect pour son public. Ce précurseur de la chanson moderne nous a quittés jeudi 24 octobre 1996, à l’âge de 49 ans.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Bared ou skhone
  • Rahila
  • Waktache at gani ya kalbi
  • Ya sidi ana hore
  • dounia
  • makayn bass

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Hommage à Fès à Abderrafie Jouahri, le poète militant aux multiples facettes », All Africa,‎ 26 mars 2007