Misuzu Kaneko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaneko (homonymie).
Misuzu Kaneko

Misuzu Kaneko (金子 みすゞ, Kaneko Misuzu?) (11 avril 190310 mars 1930) est une compositrice de chansons et poétesse japonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née portant le nom « Kaneko Teru » à Senzaki-mura, maintenant intégré à Nagato, préfecture de Yamaguchi. Son père Shōnosuke meurt en 1906 alors qu'elle a trois ans. Senzaki est un village de pêche dont la ressource principale est la sardine japonaise. Les scènes de pêche et de mer sont souvent présentes dans la poésie de Misuzu Kaneko.

Kaneko se met sérieusement à écrire de la poésie pour enfants à l'âge de vingt ans, peu après qu'elle est devenue gérante et seule employée d'une librairie à Shimonoseki, ville située à la pointe sud de Honshu. C'est là qu'elle découvre des magazines consacrés à la littérature pour enfants tels que Akai Tori (赤い鳥?)[A 1]), très en vogue alors et qui sollicitent des histoires et des poésies de la part de leurs lecteurs. Kaneko envoie quelques poèmes dont cinq, parmi lesquels Les poissons, sont acceptés pour publication dans le numéro de septembre 1923 de quatre de ces magazines. Dans les cinq années qui suivent, cinquante et un autres poèmes sont publiés.

Son mari contracte une maladie vénérienne dans les quartiers de plaisir et elle divorce. Au début, son mari est d'accord pour qu'elle élève seule leur fille mais change d'avis et tente d'obtenir la garde de l'enfant. En protestation, elle se suicide après avoir écrit une lettre à son mari lui demandant de laisser sa mère à elle élever l'enfant car elle ne se sent pas mentalement capable de le faire. Kaneko a été comparée à Christina Rossetti.

Cinq-cent douze vers dans trois carnets écrits de la main de Kaneko ont été mis au jour en 1982 par Setsuo Yazaki, et la collection entière a été publiée par Jula Publishing Bureau dans une anthologie en six volumes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit des revues Dōwa (童話), Fujin Kurabu (婦人倶楽部), Fujin Gahō (婦人画報) et Kin no Hoshi (金の星).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]