Miss Saigon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Miss Saigon est une comédie musicale de Claude-Michel Schönberg et Alain Boublil, sur des paroles de Richard Maltby Jr.. Les auteurs ont transposé l'histoire de Madame Butterfly, de G. Puccini, pendant la guerre du Vietnam. La première a eu lieu au Théâtre de Drury Lane, à Londres le 20 septembre 1989, la clôture après 4264 représentations eut lieu le 30 octobre 1999. Le 11 avril 1991 a eu lieu la première à New York au The Broadway Theatre, où il est aussi resté pour plus de 4000 représentations.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Viêt Nam, Saigon, peu avant sa chute. Une jeune fille, Kim, travaille au Dreamland, un bar sordide fréquenté par des soldats américains. Dans cet endroit lugubre, Kim fait la connaissance de Chris, un GI. En dépit de leurs différences, ils vivent une passion sans borne, au point de célébrer leur mariage... Une idylle qui, hélas, sera de courte durée : Saigon tombe aux mains des communistes le 30 avril 1975. Chris doit quitter le pays en compagnie des derniers Américains encore présents et ne peut emmener Kim. Désespérée, celle-ci reste seule au Viêt Nam où elle accouche d’un fils. L’Ingénieur, patron louche mais sympathique du Dreamland, devient le protecteur de Kim, considérant que son enfant, à moitié américain, est le passeport idéal pour quitter la ville. Kim, son fils et l’Ingénieur gagnent la Thaïlande. Chris parvient à retrouver son ancienne amante. Mais le temps à jouer contre eux : le jeune GI a refait sa vie et s’est marié. Kim, désespérée, se blesse mortellement avec l'arme de Chris. Détruit, ce dernier échange un dernier baiser avec son amour, avant que celle-ci n'expire dans ses bras[1].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Malgré son indéniable succès, Miss Saigon a néanmoins reçu de nombreuses critiques quant à son caractère potentiellement sexiste et raciste. Une protestation qui accuse la pièce de véhiculer une images dégradante des femmes asiatiques alliant Objectification sexuelle et stéréotypes douteux. Stephan B. Young, auteur de The tradition of Human Rights in China and Vietnam[2], considère Miss Saigon comme culturellement inadmissible[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.regardencoulisse.com/miss-saigon-le-reve-brise/
  2. http://www.sdglobaldialogue.com/speakers/stephen
  3. http://www.dontbuymiss-saigon.com/about/