Lac Atitlán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atitlán.
Lac Atitlán
Image illustrative de l'article Lac Atitlán
Administration
Pays Drapeau du Guatemala Guatemala
Géographie
Coordonnées 14° 40′ 46″ N 91° 12′ 03″ O / 14.67944, -91.2008314° 40′ 46″ Nord 91° 12′ 03″ Ouest / 14.67944, -91.20083  
Type Lac d'eau douce
Superficie 130,1 km2
Longueur 18 km
Largeur 8 km
Altitude 1 562 m
Profondeur
 · Maximale
 
340 m

Géolocalisation sur la carte : Guatemala

(Voir situation sur carte : Guatemala)
Lac Atitlán

Le lac Atitlán est un lac endoréique du sud-ouest du Guatemala, situé à 108 km à l'ouest de la capitale Guatemala. L'origine du lac est volcanique, il remplit une large caldeira formée lors d'une éruption il y a 84 000 ans.

Il est le lac le plus profond d'Amérique centrale avec une profondeur maximum de 340 mètres environ et est bordé au sud par trois grands volcans (volcan San Pedro, Tolimán et le volcan Atitlán qui culmine à 3 537 m). Santiago Atitlán est la plus grande commune en bordure du lac et Panajachel la plus développée touristiquement . Un fort vent le "Xocomil" peut se lever dans la journée, rendant périlleuse la navigation sur le lac par les vagues qu'il soulève.

L'explorateur allemand Alexander von Humboldt l'a qualifié du « plus beau lac du monde ». L'écrivain d'origine britannique Aldous Huxley, a écrit de lui : « Pour moi, le lac de Côme touche aux confins du pittoresque, mais le lac Atitlán est le lac de Côme embelli de plusieurs volcans immenses. C'est vraiment au-dessus de tout. »

Ce lac a donné son nom à l'Atitlán Lacus, un lac de Titan.

Histoire géologique[modifier | modifier le code]

L'activité volcanique de la région a débuté il y a 11 millions d'années. Depuis lors, quatre épisodes volcaniques se sont succédé. Le plus récent, ayant débuté il y a 1,8 million d'années est responsable de la formation de l'actuelle caldeira.

Culture[modifier | modifier le code]

Les villages en bordure du lac sont encore imprégnés de la culture traditionnelle Maya. Des costumes traditionnels y sont d'ailleurs portés par les populations telles que les Tzutujils et les Cakchiquels. À Santiago, un personnage énigmatique, Maximon, sorte d'idole issue du syncrétisme entre le monde maya et la religion catholique est vénéré en permanence. Les fidèles lui apportent des offrandes (dont de l'alcool et des cigares) dans une ambiance festive. Les petits enfants du village, pour un cadeau ou quelques piécettes, guident les touristes curieux dans le faubourg où il réside.

Menaces écologiques[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le lac n'a pas d'exutoire naturel ; son équilibre repose uniquement sur les apports (pluie, ruissellements et déjection), l'écosystème (faune, flore, climat ) et les prélèvements (évaporation, infiltration, arrosage des cultures alentour). De ce fait, l'équilibre est fragile et nécessite une surveillance permanente.

La région du lac fut élevée en Parc National en 1955. Le lac était inconnu du public et le Guatemala cherchait à développer le tourisme et l'économie du pays. Le directeur de la Pan Am a alors suggéré que l'empoissonnement du lac avec un poisson prisé par les pêcheurs à la ligne américains serait un moyen d'attirer des touristes dans cette région encore très peu développée. Ainsi, une espèce non indigène, le Black-bass, a été introduite massivement dans le lac en 1958. Le poisson carnivore vorace a rapidement fait souche et a commencé à détruire les espèces indigènes du lac. Le prédateur causé l'élimination de plus de deux tiers des espèces de poissons vivants dans le lac et a contribué à l'extinction de la Grèbe de l'Atitlan, un oiseau rare qui ne vivait que dans la région.

Il est, de plus, très pollué en conséquence directe de l'activité humaine des villages riverains. L'assainissement domestique y est inexistant et l'épandage massif d'engrais et pesticides dans les cultures alentour y a généré un foisonnement bactérien difficile à endiguer. Bien que ce ne soit pas expressément défendu, il est devenu dangereux de s'y baigner et de consommer les poisons du lac. De nombreuses embarcations touristiques font le tour du lac, avec plusieurs escales dans les villages qui l'entourent.

En février 1976, un violent séisme de magnitude 7,5 a frappé le Guatemala tuant plus de 26 000 personnes. Le tremblement de terre a fracturé le lit du lac provoquant un drainage souterrain, ce qui occasionna la baisse du niveau d'eau de deux mètres en un mois. En 2007, un autre séisme eut l'effet inverse, comblant en partie ces infiltrations.Depuis, le niveau est remonté d'environ huit mètres (un mètre en 2012), noyant les berges et ruinant des habitations riveraines. Les ouragans Stan (en 2005) et Agatha (2010) de par leur pluviométrie exceptionnelles ont aussi contribué à ces déséquilibres.

Le gouvernement Guatémaltèque a chiffré à plusieurs millions de dollars les travaux nécessaires à la pérennisation des berges du lac, ce qui, dans un pays émergent, semble impossible à réunir seul.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :