La Touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Touraine (homonymie).
La Touraine
Image illustrative de l'article La Touraine

Autres noms Maritime (1923)
Type Paquebot transatlantique
Histoire
Mise en service Juin 1891
Statut Démoli à Dunkerque fin 1923
Caractéristiques techniques
Longueur 157,45 m
Maître-bau 17,05 m
Port en lourd 3 228 tpl
Tonnage 7 122 tjb
Propulsion 2 hélices, voiles
Vitesse 19 nœuds
Autres caractéristiques
Chantier naval Chantiers de Penhoët, Saint-Nazaire
Armateur Compagnie générale transatlantique
Pavillon Drapeau de la France France

La Touraine est un paquebot de la Compagnie générale transatlantique en service de 1891 à 1923.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de sa mise en service, La Touraine était le plus grand paquebot français en tonnage et le cinquième dans le monde. Ses dimensions correspondaient aux possibilités maximales du port du Havre, contrainte qui ne disparaîtra pas avant les années 1930. Il fut également le dernier paquebot de la compagnie à posséder des voiles.

Il entre en service en juin 1891 sur la ligne Le HavreNew York. C'est, à l'époque, le navire le plus rapide de la Transat, il atteint la vitesse moyenne de 21,2 nœuds en juillet 1892 au cours d’une traversée de l’Atlantique en 6 jours 17 heures et 30 minutes. C'est un record non officiel qui ne peut donc pas être inscrit au palmarès du fameux Ruban bleu.

En 1894, il effectue la première croisière organisée par la Transat, un voyage entre Constantinople et New York et retour (?). Entre 1900 et 1902, il est complètement refondu et modernisé avec notamment la suppression de l'un de ses mâts.

En janvier 1903, un incendie endommage une grande partie des emménagements pour passagers.

Le 12 avril 1912 il envoie un signalement d'iceberg au Titanic.

À partir de 1913, il effectue l’été des rotations avec le Canada. En octobre 1913, il est l'un des dix navires qui portent secours au paquebot italien Volturno en feu au milieu de l’Atlantique, et recueille 42 des 520 rescapés qu’il débarque à New York.

Pendant la Première Guerre mondiale, il continue à assurer le service de New York, et est brièvement utilisé comme croiseur auxiliaire.

De juin à août 1923, il est utilisé comme hôtel flottant à Göteborg, en Suède durant une foire-exposition. À cette occasion, il est rebaptisé Maritime et sa coque repeinte en gris.

Il est démoli à Dunkerque fin 1923.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :