La Terre demeure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Terre demeure (titre original : Earth Abides) est un roman de science-fiction post-apocalyptique de l'écrivain américain George R. Stewart paru en 1949. La première traduction française de 1950 fut éditée sous le titre Le Pont sur l'abîme.

Résumé[modifier | modifier le code]

Isherwood "Ish" Williams, un étudiant américain en écologie demeure isolé dans les montagnes pendant plusieurs semaines. En regagnant la ville la plus proche, devant l'absence de toute activité humaine il découvre qu'en son absence une pandémie foudroyante est survenue. En parcourant les États-Unis, il réalise que l'humanité a quasiment totalement disparu, à l'exception de quelques individus. Il fait la rencontre d'une femme nommée Em, et de quelques survivants avec lesquels il reformera un noyau de civilisation, La Tribu.

Le récit comprend plusieurs parties. La première partie évoque la fin de la civilisation humaine, la rencontre avec Em. La seconde se déroule 22 ans après la catastrophe. Ish est à présent au sein d'une petite communauté d'individus. La dernière se déroule plus de 40 ans après la catastrophe. Entre ces parties de courts chapitres font la transition.

Origine du titre[modifier | modifier le code]

Le titre provient de l'Ecclesiaste, comme l'indique la citation au début du roman : Une génération s'en va et une génération vient, mais la terre demeure toujours ou en anglais Men go and come, but earth abides

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Earth Abides a reçu en 1951 le premier International Fantasy Award.

Éditions françaises[modifier | modifier le code]