Kenzō Masaoka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kenzō Masaoka (高畑・勲?)

Naissance 5 octobre 1888
Osaka, Drapeau du Japon Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonais
Décès 23 novembre 1988 (à 100 ans)
Tōkyō, Drapeau du Japon Japon
Profession Réalisateur
Films notables Chikara to onna no yo no naka

Kenzō Masaoka (政岡憲三, Masaoka Kenzō?) (Ōsaka, 5 octobre 1888 - Tōkyō, 23 novembre 1988) est un réalisateur d'animes japonais. Il a révolutionné le domaine de l'animation au Japon, si bien qu'on l'a surnommé le « Walt Disney japonais ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille aisé originaire d'Ōsaka en 1898, Kenzō Mosaoka fait des études d'art, notamment de peinture japonaise et occidentale. D'abord attiré par le cinéma, il devient assistant du cinéaste Shōzō Makino en 1925, puis s'essaye au métier de caméraman et à la réalisation (il finance lui-même son tournage d'un court film pour enfant : Kai no Kyuden). C'est cependant en 1932 que Masaoka s'oriente vers l'animation en réalisant son premier film (Nansensu monogatari dai ippen : Sarugashima, L'île au singe), avant de créer le studio Masaoka Film Production à Kyoto.

Contrairement à tous ses contemporains, Masaoka révolutionne l'animation japonaise en décidant de réaliser ses films sur celluloïd, comme aux États-Unis, plutôt que sur papier. Cependant, le procédé étant coûteux, il doit s'associer avec la compagnie Shōchiku pour réaliser en 1933 le premier film entièrement parlant de l'histoire de l'animation japonaise : Chikara to onna no yo no naka (Le monde du pouvoir et des femmes). Durant les années qui suivent, Masaoka acquiert une grande popularité en réalisant de nombreuses œuvres remarquées (Princesse Kaguya, La fée des forêts, etc.). On le surnomme même le « Disney japonais »[1].


Pendant la guerre, malgré la propagande et la censure, Masaoka est le seul à réaliser un film sans aucun rapport avec la guerre : L'Araignée et la Tulipe (Kumo to Chûrippu). Ce film reste une des plus belles réalisations de l'époque avec une animation très en avance sur son temps et une inspiration très poétique.

Après la guerre, Masaoka fonde un nouveau studio avec ses amis Sanae Yamamoto et Yosuji Murato : Nichidō Eiga-sha. C'est ce studio qui sera d'ailleurs racheté en 1956 pour former le célèbre studio Tōei animation[2]. Il réalise donc à cette époque de nouveau des œuvres remarquées, par exemple Féerie de printemps (Haru no Gensô) en 1946. Cependant, en 1949, Masaoka est atteint de troubles de la vue et doit abandonner l'animation. Il récupérera la vue un peu plus tard et s'essaiera à divers métier comme dessinateur de storyboard ou enseignant[3].

Il décédera en 1988 à l'âge de cent ans, sans parvenir à terminer son dernier grand projet d'adapter La Petite Sirène en dessin animé.

Liste de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Capture d'écran du film Chikara to onna no yo no naka sorti en 1933.
  • 1950 : Tora-chan no kankanmushi
  • 1948 : Tora-chan to hanayome
  • 1947 : Suteneko tora-chan
  • 1946 : Sakura
  • 1943 : Kumo to chûrippu
  • 1942 : Fuku-chan kishu
  • 1939 : Benkei tai Ushiwaka
  • 1939 : Nyan no urashima
  • 1939 : Mangwa: Shin saru kani gassen
  • 1938 : Yakko no Takohei: Otomo wa tsuyoi ne
  • 1935 : Tâchan no kaibutsu taiji
  • 1935 : Tâchan no kaitei ryoko
  • 1935 : Chagama ondo
  • 1935 : Mori no yosei
  • 1934 : Adauchi karasu
  • 1934 : Gang to odoriko
  • 1934 : Saiyuki
  • 1934 : San-ba no chô
  • 1934 : Shudan to tosei
  • 1933 : Kaguya-hime
  • 1933 : Chikara to onna no yo no naka
  • 1931 : Bakahachi to jôshu-sama
  • 1931 : Nansensu monogatari dai ippen: Sarugashima
  • 1931 : Nansensu monogatari dai nihen: Kaizokusen
  • 1927 : Kai no kyuden

Source : Kenzo Masaoka sur l'IMDB

Références[modifier | modifier le code]