Kasha Jacqueline Nabagesera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kasha Jacqueline Nabagesera est une activiste lesbienne ougandaise notamment fondatrice et directrice exécutive de Freedom and Roam Uganda, principale organisation LGBT en Ouganda[réf. nécessaire].

Activité militante[modifier | modifier le code]

À travers son organisation, elle lutte pour les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres en Ouganda, pays où règne un profond climat d'homophobie[réf. nécessaire].

En octobre 2010, le journal ougandais (et non américain) Rolling Stone publie une liste de 100 personnes présumées LGBT avec leurs photos et leurs adresses. Cette liste est accompagnée d'un appel à les pendre[réf. nécessaire]. Kasha Jacqueline Nabagesera fait partie de cette liste. Avec les militants ougandais Pepe Onziema et David Kato Kisule, elle décide de saisir la justice. En janvier 2011, la justice interdit au journal de publier les identités et les adresses de personnes homosexuelles et le condamne à verser des indemnités aux personnes discriminées. Le 26 janvier 2011, le militant David Kato Kisule est assassiné[réf. nécessaire].

Proposition de loi Anti-Homosexuality Bill[modifier | modifier le code]

Sur le plan politique, le parlementaire ougandais, David Bahati, a déposé, en 2009, une proposition de loi renommée Anti-Homosexuality Bill. Cette loi vise à la pénalisation de la promotion de l'homosexualité, c'est-à-dire, à l'interdiction d'association et de réunion. Elle prévoit également la peine de mort pour homosexualité aggravée ou pour les homosexuels porteurs du SIDA[réf. nécessaire]. Sans cette loi, l'homosexualité est déjà considérée comme une activité criminelle passible de la prison à perpétuité[réf. nécessaire]. Face à la pression internationale et au travail de l'organisation Freedom and Roam Uganda, la discussion du projet de loi a été mis en suspens et maintes fois reportée. Cependant, rien n'est acquis et les débats sur cette proposition de loi pourrait être relancée dans les prochains jours.

En août 2011, Kasha Jacqueline Nabagesera avec Freedom and Roam Uganda a lancé une campagne pour contrer l'Anti-Homosexuality Bill. Cette campagne anti-homophobie vise à éduquer le grand public sur l'existence, la tolérance et la compréhension de la sexualité et des questions d’orientation sexuelle.

Distinctions[modifier | modifier le code]

À titre personnel, Kasha Alexandre[Qui ?] a été distinguée à plusieurs reprises en 2011[réf. nécessaire].

Au début de l'année, l'ONG Woman Deliver la considère comme une des 100 personnes qui ont le plus contribué à améliorer la vie des femmes et des filles dans le monde. Ce classement a été publié le 8 mars 2011[réf. nécessaire]. L'objectif de Woman Deliver est de diminuer la mortalité des femmes lors de l'accouchement. L'ONG lui rend hommage en ses termes :

« Dans un pays où faire son coming-out implique de mettre sa vie en danger, Kasha Jacqueline s’est imposée comme une lesbienne fière et une militante des droits LGBT (…) Elle a fait l’objet de menaces répétées mais n’a jamais cédé, luttant contre l’Anti-Homosexuality Bill, qui punirait l’homosexualité de la peine de mort. Pour son courage inimaginable malgré la diffamation, les menaces de mort et l’oppression incessante, nous rendons hommage à cette véritable héroïne qu’est Kasha Jacqueline[réf. nécessaire]. »

Le 3 mai 2011, elle reçoit également le prix Martin Ennals, sorte de prix Nobel des Droits de l'Homme, pour « son travail sur les droits des LGBT et des personnes marginalisées en Ouganda »[réf. nécessaire]. Le Président du Jury du Prix Martin Ennals, Hans Thoolen, a décrit la Lauréate comme « une femme exceptionnelle d’un courage rare, qu’au péril de sa vie se bat pour la dignité humaine et les droits de la communauté homosexuelle et les personnes marginalisées en Afrique. »

Liens externes[modifier | modifier le code]