Johann Adam Reinken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann Adam ReinkenJan Adam Reincken

alt=Description de l'image Johann Adam Reincken.jpg.
Naissance en musique classique
Deventer Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Décès 24 novembre 1722 (à 79 ans)
Hambourg Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale organiste
Activités annexes gambiste
compositeur

Johann (ou Jan) Adam Reinken (ou Reincken) (baptisé à Deventer le 10 décembre 1643[1], mort à Hambourg, le 24 novembre 1722[1]) est un des plus célèbres organistes hollandais/allemands de son époque. Il est aussi gambiste et compositeur.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1637, sa famille émigra à Deventer aux Pays-Bas, ou il reçut sa première formation musicale. À partir de 1654, il se perfectionna à l'orgue et dans la composition à Hambourg auprès de Heinrich Scheidemann, un des nombreux élèves de Jan Pieterszoon Sweelinck.

Après être retourné quelque temps en Hollande, il revint définitivement à Hambourg en 1656 et y prit la succession de Scheidemann à la tribune de l'église Sainte Catherine de Hambourg dont il devait rester titulaire jusqu'à sa mort en 1722.

Il eut une influence déterminante sur la vie musicale de Hambourg, d'Allemagne du nord et en 1678, participa à la création de l'opéra de Hambourg, « am Gänsemarkt ».

C'est un des principaux représentants de l'école nordique et de son style particulièrement exubérant — le « stylus phantasticus ». Ses dons d'improvisateur lui firent une grande réputation et sa virtuosité était exceptionnelle — on cite des parties de pédalier à deux voix ce qu'on retrouve très rarement chez d'autres compositeurs (chez Bruhns notamment).

Lors de son voyage à Hambourg en 1701, Jean-Sébastien Bach fut fortement impressionné et influencé par le style de Reinken qu'il entendit, entre autres, improviser de façon magistrale sur le choral An Wasserflüssen Babylon. Lui-même put faire apprécier ses propres capacités au vieux maître qui lui exprima sa satisfaction.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Orgue

  • Fantaisies sur des chorals :
    • An Wasserflüssen Babylon
    • Was kan uns kommen an für Noth

Clavecin

  • 2 Toccatas : sol majeur, sol mineur (authenticité contestée)
  • Fugue en sol mineur ( Johann Heinrich Buttstett ?)
  • 3 séries de variations, dont :
    • Partite diverse sopra l’Aria "Schweiget mir von Weiber nehmen", altrimente chiamata La Meyerin
    • Ballet et 11 variations en mi mineur
  • 8 Suites

Ensembles

  • Hortus Musicus (1687) : 6 Sonates pour 2 violons, viole de gambe et basse continue.

Transcriptions

J. S. Bach a transcrit pour clavecin solo la Sonate I en la mineur (BWV 965), la fugue de la Sonate II en si bémol majeur (BWV 954), et la Sonate III en do majeur (BWV 966).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Philipp Spitta, Johann Sebastian Bach: his work and influence on the music of Germany, 1685-1750, vol. 1, Novello and company,‎ 1899 (lire en ligne)
  • Adam Reincken. Collected Keyboard Works, Willi Apel, éd., Corpus of Early Keyboard Music no. 16, American Institute of Musicology, 1967; rééd. Hänssler-Verlag, 1978.
  • Joh. Adam Reincken. Sämtliche Orgelwerke, Klaus Beckmann, éd., Wiesbaden, Breitkopf & Härtel, 1974.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (Spitta 1899, p. 195)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • France Orgue Discographie de la musique d'orgue enregistrée depuis 1950, établie par Alain Cartayrade,

Liens externes[modifier | modifier le code]