Johann Heinrich Buttstett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann Heinrich ButtstettButtstedt, Buttstädt

Naissance 25 avril 1666
Bindersleben, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès 1er décembre 1727
Erfurt, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Maîtres Johann Pachelbel
Élèves Johann Gottfried Walther

Johann Heinrich Buttstett est un compositeur, organiste et théoricien allemand, né à Bindersleben (actuellement fusionné avec Erfurt) le 25 avril 1666 et décédé à Erfurt le 1er décembre 1727.

Biographie[modifier | modifier le code]

Buttstett fut d’abord formé à Bindersleben et à la Ratsschule d’Erfurt avant d’étudier, dès 1678, avec Johann Pachelbel. Buttstett se vit confier son premier poste d’organiste à la Reglerkirche en 1684. Trois ans plus tard, il fut choisi comme organiste à la Kaufmannskirche et épousa, en juillet 1687, Martha Lämmerhirt, une lointaine cousine de la mère de J.S. Bach; ils eurent dix enfants entre 1688 et 1704, dont Johann Samuel qui fut probablement le père de Franz Vollrath Buttstett (1735-1814).

En 1691, Buttstett fut nommé organiste de la Predigerkirche (poste qu’occupa Pachelbel jusqu’en 1690) et devint le principal organiste de la ville ; il reçut le titre de Ratsorganist en 1693 et effectua une remarquable carrière, longue de 36 ans, durant laquelle il se distingua comme organiste et compositeur d’œuvres pour clavier et de musique vocale.

À l’instar de son maître Pachelbel, Buttstett réunit de nombreux disciples autour de lui, dont le fameux lexicographe, organiste et compositeur Johann Gottfried Walther [1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Buttstett est surtout connu comme l’auteur de Ut Mi Sol, Re Fa La, Tota Musica et Harmonia Aeterna, œuvre publiée en 1716 dans laquelle il réagit contre Das Neueröffnete Orchestre rédigé par Mattheson en 1713, ouvrage « progressiste » qui, selon Buttstet, instaurait le chaos [2]. À la publication de Buttstett qui prônait les techniques musicales du passé contre la musique galante, Mattheson répondit par Das beschützte Orchestre (1717) ; la réplique de Buttstett, Offentliche Erklärung (1718) passa inaperçue [3].

Les œuvres pour clavier de Buttstett – en particulier ses quelque 40 chorals – dénotent une influence de Pachelbel et montrent qu’il connaissait les pièces d’orgue de l’École d’Allemagne du Nord, notamment celles de Reinken. Buttstett est aussi l’auteur de Musicalische Clavier-Kunst und Vorraths-Kammer, publié en 1713 et en 1716. Dans la préface de ce recueil, le compositeur affirme que les sept pièces qu’il contient ne représentent qu’une petite partie des fugues, ricercars, fughettes, préludes, chorals, toccatas, sonates, ouvertures et suites qu’il a déjà composés ou qu’il a l’intention de composer. Ces partitions n’ont pas été retrouvées [4].

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • 4 messes : Opera prima sacra, bestehend aus 4 neukomponierten Missen (Erfurt, 1720) – œuvres perdues
  • Missa a 6 voci

Musique pour clavier[modifier | modifier le code]

  • Musicalische Clavier-Kunst und Vorraths-Kammer (Leipzig, 1713), pour clavecin :
    • Prélude et capriccio
    • Aria et 12 variations
    • Prélude et ricercar
    • Prélude et fugue
    • Prélude et canzona (suivis de 2 menuets)
    • Suite en ré majeur
    • Suite en fa majeur (Allamand, Courant, Sarabanda, Air und Double, Menuet)
    • nombreuses pièces annoncées dans la préface : œuvres perdues ou jamais composées
  • environ 40 préludes chorals (manuscrits)
  • 2 marches pour clavecin, dans Ut, mi, sol… (Erfurt, 1716)

Ouvrages théoriques[modifier | modifier le code]

  • Ut, mi, sol, re, fa, la, tota musica et harmonia aeterna, oder Neu-eröffnetes, altes, wahres, eintziges und ewiges Fundamentum Musices : entgegen gesetzt dem Neu-eröffneten Orchestre, und in 2 Partes eingetheilet. In welchen und zwar im 1. Th. des Herrn Authoris des Orchestre irrige Meynungen [...], Erfurt, 1716
  • Der wider das Beschützte Orchestre ergangenen öffentlichen Erklärung, Erfurt, 2/1718

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ziller, E., J.H. Buttstett, Halle, 1934/R
  • Blankenburg, W., « Der Titel und das Titelbild von J.H. Buttstetts Schrift », dans : Die Musikforschung, III, 1950, p. 64-66
  • Ziller, E., « Der Erfurter Organist Johann Heinrich Buttstädt : 1666–1727 », dans : Beiträge zur Musikforschung, Hildesheim, 1971
  • Blankenburg, W., « Zum Titelbild von Johann Heinrich Buttstetts Schrift UT–MI–SOL–RE–FA–LA, tota musica et harmonia aeterna (1716) », Heinrich Sievers zum 70. Geburtstag, Tutzing, 1978, p. 21-28
  • Apel, Willi, The History of Keyboard Music to 1700 (traduction anglaise de Hans Tischler), Indiana University Press, 1972, p. 674-677. ISBN 0-253-21141-7
  • Blume, Friedrich., « Buttstett, Johann Heinrich », dans : Die Musik in Geschichte und Gegenwart, Kassel-Basel, 1989, vol. 2, col. 533-540.
  • Buelow, George J., « Buttstett, Johann Heinrich », dans : The New Grove Dictionary of Music and Musicians, London-New York, 1980, vol. 3, p. 524-525.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Helga Schauerte-Maubouet, oeuvres d'orgue (Syrius,141334) 1998,1ère Mondiale
  • Claudia Schweitzer, clavecin : Frische Clavier Früchte, Musicaphon M56885, 2008
  • Maria Jonas, orgue : Soprano Cantatas from the “Großfahner-Collection”, CPO 7775462, 2011

Références[modifier | modifier le code]

  1. D’après Blume, Friedrich, “Buttstett, Johann Heinrich”, dans : Die Musik in Geschichte und Gegenwart, Kassel-Basel, 1989, vol. 2, col. 533-540, et Buelow, George J., “Johann Heinrich Buttstett", dans : The New Grove Dictionary of Music and Musicians, London-New York, 1980, vol. 3, p. 524-525.
  2. Apel, Willi, The History of Keyboard Music to 1700 (traduction anglaise de Hans Tischler), Indiana University Press, 1972, p. 674 ; Sadie, Julie Anne (dir.), Guide de la musique baroque, 1995, p. 271.
  3. Blume, Friedrich, “Buttstett, Johann Heinrich”, dans : Die Musik in Geschichte und Gegenwart, Kassel-Basel, 1989, vol. 2, col. 535.
  4. Apel, Willi, The History of Keyboard Music to 1700 (traduction anglaise de Hans Tischler), Indiana University Press, 1972, p. 676-677 ; Buelow, George J., “Johann Heinrich Buttstett", dans : The New Grove Dictionary of Music and Musicians, London-New York, 1980, vol. 3, p. 524.

Lien interne[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]