Jean-Baptiste d'Après de Mannevillette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Baptiste d'Après de Mannevillette
« Carte de l'Océan Oriental » (1753) par Jean-Baptiste d'Après de Mannevillette

Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d'Après de Mannevillette, né le au Havre-de-Grâce et mort le [1], est un hydrographe français. Il devient capitaine de vaisseau de la Compagnie des Indes et cartographie les côtes de l'Inde et de la Chine. Il publie, sous le titre de Neptune oriental (1745-1775), des cartes de ces parages qui jouirent d'une réputation internationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste d'Après de Mannevillette est le fils de Jean-Baptiste-Claude d'Après de Blangy, capitaine des vaisseaux de la Compagnie des Indes, qui l'emmène avec lui en Inde dès l'âge de douze ans, sur un navire dont il avait le commandement, le Solide. À son retour il est envoyé à Paris pour se perfectionner en géométrie et en astronomie[2].

En 1710, Jean-Baptiste-Claude d'Après de Blangy rachète les biens et la seigneurie de Mannevillette à Marie de Hanyvel, la fille et héritière d'un financier, receveur général du clergé de France, sous le règne de Louis XIV.

En 1726, à 19 ans, Jean-Baptiste d'Après de Mannevillette entreprend sa première campagne en tant qu'officier sur le Maréchal d'Estrées, un navire de la Compagnie des Indes. Au cours de ce voyage il fait la preuve de ses qualités en matière de navigation. Il se marie en 1734, mais n'aura jamais d'enfants.

Il est le premier navigateur français à utiliser l'octant, aussi appelé « quartier de réflexion » ou « quartier anglais », un instrument de navigation mis au point en 1731 par l'astronome britannique John Hadley, pour calculer la latitude mais aussi la longitude avec la méthode des distances lunaires ; ce qui lui permet d'améliorer la connaissance de la position de plusieurs points géographiques à partir desquels il va pouvoir recartographier les côtes. Il entreprend alors de corriger les cartes existantes, ainsi que d'en créer de nouvelles. Pour cela il s'efforce de recueillir la documentation cartographique existante sur les côtes de l'Inde, de l'Afrique et de la Chine. Il travaille sur ce projet de 1735 à 1742. Le résultat est soumis à l'académie des sciences qui l'approuve. Il travaille encore trois ans à finaliser son œuvre. Entretemps il sera nommé correspondant de l'académie des sciences en 1743.

En 1745 il publie enfin ses cartes sous le titre de Neptune oriental. Ces cartes sont accompagnées de compléments : description des côtes, vents dominants, courants marins… Son ouvrage est très bien accueilli par les navigateurs de tous les pays.

D'Après travaillera encore une trentaine d'années à le perfectionner, ce qui permettra la sortie d'une nouvelle édition considérablement augmentée, qui parait en 1775.

En 1767, Louis XV lui accorde la décoration de l'ordre de Saint-Michel. Il meurt le 1er mars 1780, à 75 ans.

Titulature[modifier | modifier le code]

« Chevalier de l'Ordre du Roi, Capitaine des Vaisseaux de la Compagnie des Indes, Correspondant de l'Académie Royale des Sciences, & Associé de l'Académie Royale de Marine »

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1739 : Le Nouveau Quartier Anglois ou description et usage d'un nouvel instrument pour observer la latitude sur mer. À Paris rue Saint Jacques chez Lambert et Durand libraires.
  • 1745 : Le Neptune Oriental ou Routier Général des Cotes des Indes Orientales et de la Chine enrichi de cartes hydrographiques. À Paris chez Jean François Routel imprimeur.
  • 1768 : Mémoire sur la navigation de France aux Indes, Imprimerie royale (Paris)
  • 1775 : Instructions sur la navigation des Indes orientales et de la Chine, pour servir au Neptune oriental, Demonville (Paris)
  • 1775 : Le Neptune Oriental dédié au Roi. À Paris chez Demonville Imprimeur-Libraire de l'Académie. À Brest chez Malassis Imprimeur-Libraire de la Marine

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Verguin et Mario Serviable (dir.), Le DB. Dictionnaire biographique de La Réunion, Édition Communication Loisir Information Presse / ARS Terres Créoles, tome 1, 1993.
  2. Joseph-François et Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, vol. 2, 1811, chez Michaud frères, Paris, 636 pp., p. 338, [lire en ligne] et sur Wikisource

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Haudrère, La Compagnie Française des Indes au XVIIIe siècle. 1719-1795. Paris, Librairie de l'Inde, 1989 p. 661-669
  • Claude Briot, J.B.D. d'Après de Mannevillette, hydrographe de la Compagnie des Indes, auteur du Neptune Oriental 1707-1780. Actes du Congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie « Les Normands et la Mer », Cherbourg, octobre 1990, publiés par le Musée Maritime de Tatihou en 1995, [lire en ligne]
  • Edward Duyker Marc-Joseph Marion Dufresne, un marin malouin à la découverte des mers australes, Les Portes du large, Rennes, 2010, chap. 5, (ISBN 978-2-914612-14-2).
  • Philippe Haudrère, Jean Baptiste d'Après de Mannevillette et les progrès de la connaissance de l'Océan Indien au XVIIIe siècle d'après les routiers et les cartes françaises. Revue française d'histoire du livre 1997, vol. 66
  • Claude Goupil, Monsieur d'Après de Mannevillette, un marin et un scientifique mal connu. Actes des Journées de Rencontre CHRH/CIRTAI 2007 Autour de d'Après de Mannevillette, savant navigateur havrais au siècle des Lumières. Cahiers Havrais de Recherche Historique hors série 2008.
  • Aline Lemonnier-Mercier, Les frontispices du Neptune Oriental ou Routier Général des Indes et de la Chine. Même publication que dito.
  • Claude Briot, L'apport de d'Après de Mannevillette dans les progrès de la navigation en Mers des Indes au XVIIIe siècle. Même publication que dito.

Sources[modifier | modifier le code]