Ida Fink

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fink.
Ida Fink (1985)

Ida Fink (en hébreu: אידה פינק), née le 21 novembre 1921 à Zbaraż, morte le 27 septembre 2011 (à 89 ans) à Tel Aviv, est une écrivaine israélienne de langue polonaise[1].

Notes biographiques[modifier | modifier le code]

Ida Fink est née dans une famille juive à Zbaraż une ville polonaise à l'époque, et située actuellement en Ukraine. Son père était médecin et sa mère était enseignante. Dans son adolescence Ida étudie au Conservatoire de musique de Lwów. Elle passe les années 1941-1942 dans le ghetto de sa ville natale, puis elle parvient à rejoindre le « côté aryen » de la ville, avec des faux papiers. Après la libération, elle se marie et a une fille. Installée en Israël depuis 1957, elle écrit en polonais, exclusivement sur la Shoah, les stratégies humaines de résistance, et sur ce qui est resté dans les mémoires.

Elle vit à Holon, où travaille dans une bibliothèque musicale et comme interviewer de survivants pour l'Institut Yad Vashem de Jérusalem. Ensuite elle vit avec sa sœur dans le quartier Ramat Aviv de Tel Aviv.

Elle publia sa première histoire en 1971.

Œuvres publiées en français[modifier | modifier le code]

  • Le Jardin à la dérive, Point, 1991
  • Le Voyage, Robert Laffont, 1992
  • Traces, Calmann-Levy, 2000

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]