Henri de Coene

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Au bureau de police

Jean Henri de Coene est un peintre belge, né à Nederbrakel en 1798 et mort à Bruxelles en 1866.

Biographie[modifier | modifier le code]

H. Hysmans rédige deux notices sur Henri de Coene dans le même ouvrage :

« COENE (Henri Jean- Henri] DE), peintre de genre, né à Nederbrakel (Flandre) en 1798, mort à Bruxelles le 25 avril 1866. Pendant son séjour à Bruxelles, il fut élève de David et un de ses meilleurs élèves. Il devint célèbre comme peintre de scènes de famille, obtint une chaire de professeur à l'Académie de Bruxelles et forma un grand nombre d'élèves. Ses œuvres connues sont : Le Vendredi et Comment tu ignores le sacrement de mariage ? D'autres ouvrages de lui sont au Musée d'Amsterdam (Rijksmuseum, n° 704) : Nouvelles du marché ; à Bruxelles, au Musée moderne, n° 92 : La Dentellière et d'autres. La plupart des œuvres de Coene ont été multipliées par la lithographie.


COENE (Jean-Henri), Henri DE COENE, peintre de genre belge, né à Nederbrakel (en Flandre) en 1798, mort à Bruxelles en 1866. Élève de David pendant le séjour du peintre à Bruxelles, il fut ensuite disciple de Jos. Paelincks, un des meilleurs artistes formés à l'école du maître français. Henri De Coene, cependant, se fit connaître surtout comme peintre de sujets familier, relevés d'une pointe d'humour. Sa réputation gagne même la France, on le surnomme « le spirituel peintre belge ». Son œuvre la mieux connue est le Vendredi, où des paysans enfreignent la loi du jeune, quand le curé du village entre ! Une autre composition : Comment tu ignores le sacrement de mariage ? Paroles adressées par le curé au paysan qui vient, avec sa servante, lui demander de publier ses bans. Ces œuvres et d'autres eurent les honneurs de la lithographie. De Coene devint professeur à -l'Académie de Bruxelles et eut un atelier d'élèves très suivi. Il était Chevalier des Ordres de Léopold et de la Légion d'honneur. Sa touche méticuleuse lui valut surtout des sujets bourgeois »

— Henri Hysmans, Près de 700 biographie...., Bruxelles, Hayez, 1920, p. 144-145.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Nicaise de Keyser a peint son portrait.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Au Musée royal d'art moderne à Bruxelles (Musées royaux des beaux-arts de Belgique):

  • La Dentellière, huile sur bois, 31x26,5 cm, non datée
  • L'incrédulité de Saint-Thomas, huile sur toile, 37x47 cm, inventoriée vers 1836
  • Le Portrait du peintre (autoportrait), huile sur toile, 76x61 cm

De Seyn (1936) mentionne aussi un portrait de Henri Lallemand

Source[modifier | modifier le code]

Henri Hymans, Près de 700 biographies d'artistes belges parues dans la Biographie nationale d'art flamand et hollandais, dans le dictionnaire des Docteurs Thieme et Becker et de l'étranger, Bruxelles, Hayez, 1920, p. 144-145. (Curieusement Henri de Coene a deux notices distinctes dans cet ouvrage).

Eugène de Seyn, Dictionnaire biographique des Sciences, des Lettres et des Arts en Belgique. Bruxelles, Éd. L'Avenir,1935, T. 1, p. 226.

Liens externes[modifier | modifier le code]