Henri d'Almayne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sceau d'Henri d'Almayne.

Henri d'Almayne, né en 1235, mort le 13 mars 1271, était fils de Richard de Cornouailles, comte de Cornouailles, puis roi des Romains, et d'Isabelle Marchal. Son surnom était une déformation d'Allemagne, qu'il portait en raison des prétentions de son père au trône du Saint-Empire romain germanique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Neveu du roi Henri III d'Angleterre et de Simon de Montfort, il hésita entre les deux camps lors de la révolte des barons, mais opta finalement pour le parti royal. Il fut fait prisonnier par Montfort en 1264 à Lewes, et libéré plus tard.

En 1268, il se croisa avec son cousin Édouard Ier, qui l'envoya de Sicile pour pacifier la province de Gascogne. Il suivit ensuite la route terrestre avec les rois Saint-Louis et Charles Ier de Sicile. Alors qu'il attendant le reste des troupes à Viterbe, il fut attaqué par ses cousins Guy de Montfort, comte de Nola et Simon de Montfort le jeune, qui le tuèrent pour venger leur père et leur frère tués à la bataille d'Evesham.

Il avait épousé à Windsor en 1269 Constance de Moncade († 1310), comtesse de Bigorre.

Sa mort est mentionnée par Dante Alighieri dans la Divine Comédie, qui le place dans le septième cercle des Enfers.

Références[modifier | modifier le code]