Hayonim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

32° 55′ 12.32″ N 35° 13′ 05.75″ E / 32.9200889, 35.2182639 Hayonim (מערת היונים, Me'arat HaYonim, en hébreu, littéralement « la grotte des colombes ») est un site archéologique préhistorique localisé au nord-ouest d'Israël, sur le littoral de la haute Galilée. Il comprend une grotte et une terrasse.

La grotte de Hayonim a été fouillée de 1965 à 1970 puis la terrasse a été explorée en 1974-1975, avant de nouvelles fouilles dans les années 1980. La grotte comprend deux phases principales d'occupation :

L'occupation moustérienne a livré des silex débités suivant la méthode Levallois, typique de cette période, ainsi que des traces de foyers.

L'occupation natoufienne est un des plus anciens exemples d'habitats sédentaires connus : des constructions circulaires semi-enterrées de 2,5 mètres à 4 mètres de diamètre, disposant pour la plupart d'un foyer central. Elles sont associées à des tombes, dont une abritait un chien enterré auprès d'un homme : il est considéré comme l'un des plus anciens témoignages de domestication de cet animal avec celui du site contemporain de Mallaha. Parmi les squelettes exhumés, plusieurs ont la particularité de ne pas avoir de crâne. L'outillage retrouvé dans ses niveaux est caractéristique de la période natoufienne : outillage microlithique en silex et en os, mobiliers plus lourds en basalte et en calcaire pour le broyage (pilons, mortiers). L'étude du site a révélé que ses habitants étaient des chasseurs-cueilleurs se nourrissant d'une grande variété de gibier (gazelles, bouquetins, sangliers, cervidés, etc.) et de plantes (légumineuses, amandes, etc.).

Références[modifier | modifier le code]

  • Meignen, L., 1997, « Les origines de l’Homme moderne au Proche Orient », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 1, 38-42.
  • Meignen, L., O. Bar-Yosef, M. Stiner, S. Kuhn, P. Goldberg & S. Weiner, (2010). « Apport des analyses minéralogiques (en spectrométrie infra-rouge Transformation de Fourier) à l’interprétation des structures anthropiques : les concentrations osseuses dans les niveaux moustériens des grottes de Kébara et Hayonim (Israël) », in Mise en commun des approches en taphonomie/ Sharing taphonomic approaches, eds. M. P. Coumont, C. Thiébaut & A. Averbouh, Supplément 3, publication de la table-ronde organisée pour le XVIème congrès international de l'UISPP, Lisbonne, septembre 2006.
  • Meignen, L., P. Goldberg, R. M. Albert & O. Bar-Yosef, (2009). « Structures de combustion, choix des combustibles et degré de mobilité des groupes dans le Paléolithique moyen du Proche-Orient : exemples des grottes de Kébara et d’Hayonim (Israël) », in Gestion des combustibles au Paléolithique et Mésolithique : nouveaux outils, nouvelles interprétations/Fuel management during the Paleolithic and Mesolithic period : new tools, new interpretations, eds. I. Théry-Parisot, S. Costamagno, A. Henry, Oxford : BAR International Series, 1914 : 101-118.
  • Mercier, N., H. Valladas, L. Froget, J. L. Joron, J. L. Reyss, S. Weiner, P. Goldberg, L. Meignen, O. Bar-Yosef, S. Kuhn, M. Stiner, A. Belfer-Cohen, A. M. Tillier, B. Arensburg & B. Vandermeersch, 2007. « Hayonim Cave : a TL-based chronology of a Levantine Mousterian sequence », Journal of Archeological Science, 34/7, 1064-77.

Articles connexes[modifier | modifier le code]