Guy IV de Laval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guy de Laval.

Guy IV de Laval[1] († entre 1180 et 1185), il succéda à son père Guy III de Laval comme seigneur de Laval (Mayenne). A noter qu'il y a parfois confusion dans les livres entre Guy IV de Laval, et son fils Guy V de Laval.

Famille[modifier | modifier le code]

En premières noces, il aurait épousé une certaine Agathe. Avec cette première épouse, il a:

En secondes noces, il épouse Emma, fille de Réginald de Dunstanville, comte de Cornouailles. Avec cette seconde épouse, il a:

Pour Couanier de Launay[2], Geoffroy, un autre de ses enfants, devint dans la suite évêque du Mans; Hamon, le troisième, fut un des plus vaillants chevaliers de son temps.. Il alla à la Troisième croisade et fit en Palestine des choses dont le détail eût mérité de passer à la postérité..

Histoire[modifier | modifier le code]

A la mort de son père en 1144, Guy IV commençe par ravir violemment aux moines de Marmoutier les biens qu'ils possédaient dans le pays de Laval; ce qui, sur son refus de réparer revenir en arrière, lui attire du pape Eugène III une sentence d'excommunication.

Guillaume de Passavant, évêque du Mans, la publie en 1150 et met la terre de Laval en interdit. Guy IV revient en arière et il se fait relever des censures en 1152. Cédant aux instances de ses vassaux, il traita avec l'Abbaye de Marmoutier, par l'intermédiaire de son frère Hamon ; lui-même fait son accommodement avec les moines de l'Abbaye de la Couture, qui avaient eu aussi leurs sujets de plaintes. Il donna à ces derniers un de ses serfs, le fournier Robert, avec sa maison et tout ce qu'elle contenait[3]. Il confirme ensuite les donations qui leur avaient été faites par ses prédécesseurs, en exigeant seulement qu'il fût désormais entretenu à l'église de la Trinité quatre religieux prêtres, dont un du prieuré d'Auvers[4].

Bernard de Clairvaux, lorsqu'il vient à Laval, probablement vers 1147[5], en prêchant la deuxième Croisade obtient du seigneur un fonds, des bois, des pâturages pour la création d'une colonie de son ordre, qui aboutira plus tard à construire l'Abbaye de Clermont.

Henri Plantagenet, fils de Geoffroy Plantagenet, étant, par l'adoption d'Etienne, devenu roi d'Angleterre, se trouve à la fois suzerain de la Touraine, de l'Anjou, du Maine et de la Normandie, et maître du tiers de la France. Il nomma lieutenant-général et régent aux provinces du Maine et de l'Anjou, son beau-frère Guy IV, baron de Laval

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Généalogie de Guy IV sur le site Medieval Lands
  2. Étienne-Louis Couanier de Launay, Histoire de Laval 818-1855, Godbert, 1856, [détail de l’édition]
  3. Unum ex burgensibus meis solutuin et quictum domuiuque suant et quicquid in ipsa habebat, scilicet Robertus fornerius prefatis dedi mooachis. (Cari. Cuit.)
  4. Semper in ecclesia Sanctae Trinitatis quatuor fratres sacerdotes habeautur ; tres ubicumque jamdictx ecclesise (Culturensis) abbas assumera voluerit, quartus verô de Alversis (Cari. Cuil.)
  5. Et non pas sous Guy Ier de Laval comme l'indique Charles Maucourt de Bourjolly. Ce dernier indique aussi qu' à son passage à Laval, le saint délivra du malin esprit la fille du seigneur qui en était possédée.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]