Guillaume Roquille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guillaume Roquille, né à Rive-de-Gier (Loire) le et mort le , est un ferblantier et poète français.

La muse patoise[modifier | modifier le code]

Il publie ans les années 1830-1840 de nombreuses plaquettes en francoprovençal lyonnais, sans traduction française, ce qui est rare à une époque où le français est la langue de prestige et où l'on réserve au patois une place strictement orale.

Guillaume Roquille, dans ses écrits, aussi bien en français qu'en francoprovençal, a toujours su montrer les réalités et les contradictions de son temps. Sa plume patoise, bonhomme et virulente à la fois, a pu stigmatiser dans Breyou la répression de l’insurrection lyonnaise de 1834, ou soutenir dans Lo Pereyoux la première grève des mineurs de Rive-de-Gier en 1840. Comme elle a pu ridiculiser la campagne électorale d’un député bien pensant, ou présenter de savoureux tableaux de mœurs[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Éditions originales[modifier | modifier le code]

  • Breyou et so disciplo, poëmo burlesquo in sié chants et in vars patuais, 1836, 84 pages, texte disponible sur Gallica
  • Lo Députò manquò, 1838
  • Les Victimes et le dévouement, 1840
  • Los Pereyoux, 1840
  • La Ménagerie, ou le Grand combat d'animaux, poème burlesque et allégorique, 1843
  • Lé Ganduaises, poésies patoises, 1856
  • Lo Procès Pardzu, 1859
  • Poèmes français et patois, œuvres complètes de Guillaume Roquille, 1883

Rééditions[modifier | modifier le code]

  • Le Carnaval des gueux : conscience ouvrière et poésie burlesque, édition critique avec traduction et glossaire des œuvres complètes de Guillaume Roquille (1804-1860) en patois de Rive-de-Gier, Loire, Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1996, édition établie et présentée par Anne-Marie Vurpas, 481 pages.

Note[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]