Gabriel Terra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terra.
Gabriel Terra
Illustration.
Fonctions
26e président de la
République orientale de l'Uruguay
et dictateur
Prédécesseur Juan Campisteguy
Successeur Gabriel Terra
Président de facto (dictateur)
Prédécesseur Gabriel Terra
Président « par intérim » (dictateur)
Vice-président César Charlone
Prédécesseur Gabriel Terra
Successeur Alfredo Baldomir
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Montevideo, Uruguay
Date de décès (à 69 ans)
Nationalité uruguayenne
Parti politique Parti colorado
Profession avocat

Gabriel Terra
Présidents de la
République orientale de l'Uruguay

Gabriel Terra (né le à Montevideo et mort le dans la même ville) était un avocat uruguayen, élu président en 1931, et qui devint dictateur après le coup d'État de 1933, demeurant au pouvoir jusqu'en 1938.

Reçu au barreau en 1895, il fut député puis ministre du gouvernement de Claudio Williman (1907-1911), siégea à l'Assemblée constituante de 1917, fut par la suite ministre du gouvernement Baltasar Brum (1919-1923) et membre du Conseil national d'administration entre 1925 et 1930. Membre du Parti Colorado, bien que souvent opposé au batllisme du leader José Batlle y Ordóñez, sa candidature à la présidentielle de 1930 fut concurrencée par un autre membre du Colorado, Pedro Manini Ríos (es), leader de la tendance riverista (es), elle-même opposée aux réformes batllistes.

Terra assuma la présidence le , se montrant dès le début adversaire de la Constitution de 1917. Appuyé par la police, dirigée par son beau-frère, le général Alfredo Baldomir, l'armée ainsi que la tendance herreriste du Parti blanco, il s'empara du pouvoir par un coup d'État, le , dissolvant le Parlement et censurant la presse, dans un climat de crise économique provoquée par la Grande Dépression.

Il instaura un régime dictatorial proche du fascisme, promouvant en 1934 une nouvelle Constitution, à caractère présidentialiste, qui demeura en vigueur jusqu'en 1942. Terra doit cependant accepter un compromis : la Constitution de 1934 rétablit le système présidentiel, mais le cabinet gouvernemental doit nécessairement inclure trois personnalités du parti minoritaire (blanco), tandis que le Sénat est réparti de façon égale entre les deux partis, colorado et blanco.

Soutenu par le riverismo (es) colorado et l'herrerisme, il fut ré-élu dans ces conditions président pour 1934-1938, mettant en œuvre une politique d'industrialisation par substitution aux importations et entama quelques grands travaux, comme le barrage du Bonete près de Paso de los Toros, construit avec des fonds venant de l'Italie fasciste et de l'Allemagne nazie, ou la raffinerie de La Teja, exploitée par ANCAP.

Sur le plan extérieur, il rompit les relations diplomatiques avec l'URSS en 1935 et reconnu dès 1936 le gouvernement de Franco.

Échappant à un attentat en juin 1935, il réprima la même année un soulèvement armé. En 1938, le général à la retraite Alfredo Baldomir fut élu, et restaura progressivement les institutions démocratiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]