Francolin à double éperon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francolin à double éperon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pternistis bicalcaratus

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Galliformes
Famille Phasianidae
Genre Pternistis

Nom binominal

Pternistis bicalcaratus
(Linnaeus, 1766)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Francolin à double éperon (Pternistis bicalcaratus) est une espèce d'oiseaux de la famille des Phasianidae.

Distribution[modifier | modifier le code]

Afrique de l’ouest : Sénégal, extrême sud de la Mauritanie, sud-ouest du Mali, Nigéria, Cameroun, Bénin, Burkina Faso, Ghana, Côte d’Ivoire, Sierra Léone, Guinée, Maroc.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • F. b. bicalcaratus (Linné, 1766) : inclut F. b. thornei Ogilvie-Grant 1902, F. b. adamauae Neumann 1915 et F. b. ogilviegranti Bannerman 1922. Sénégal, extrême sud de la Mauritanie, sud-ouest du Mali, Nigéria, Cameroun, Bénin, Burkina Faso, Ghana, Côte d’Ivoire, Sierra Léone, Guinée.
  • F. b. ayesha Hartert, 1917 : plus grande, plus foncée et plus rousse. Population relictuelle dans les régions de Rabat et de Mogador dans l’ouest du Maroc.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le francolin à double éperon fréquente une large gamme d’habitats comme les savanes humides et arides, les boisements, les formations de Cistus sp., les zones agricoles, les pâturages buissonneux, d’anciennes cultures et d’autres milieux façonnés par l’homme (Urban et al. 1986).

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit à 80 % de végétaux, de graines cultivées, de fruits, de pousses, de racines, les 20 % restants consistant en invertébrés, surtout des insectes, dont des termites et des criquets, ainsi que de petits batraciens (Urban et al. 1986).

Voix[modifier | modifier le code]

Le cri d’alerte est plutôt variable et peut-être même caractéristique de la région. Au Maroc, il consiste en un krrrak…krrrak râpeux, guttural, répété et portant loin. En Afrique de l’ouest, il est diversement décrit comme un sonore et criard kor-ker, kor-ker, un kokoye-kokoye ou un bebbrek-ek-kek kek-kek Koak Koak, les dernières notes étant les plus puissantes et portant le plus loin. D’autres notes ont été rapportées comme un ee-Tek, la première syllabe moins rude, un quare quare grinçant ou un croassement grave à l’envol (Madge & McGowan 2002).

Nidification[modifier | modifier le code]

Le francolin à double éperon est probablement monogame puisqu’il vit en couples avant et pendant la période de reproduction. Le nid consiste en une petite cavité, naturelle ou creusée dans le sol, d’environ 15 cm de diamètre, parfois délimitée par des herbes, des feuilles, des brindilles et des plumes. Il est généralement placé sous un buisson ou une touffe d’herbes, parfois dans des cultures abandonnées. La ponte a lieu de la mi-février à juin (surtout entre mars et avril) au Maroc, de janvier à mai et d’août à décembre en Sénégambie et, globalement, à la saison des pluies ou à proximité d’un point d’eau dans les zones plus sèches de sa vaste distribution (Urban et al. 1986).

Statut[modifier | modifier le code]

L’espèce est globalement considérée comme non menacée mais la sous-espèce marocaine ayesha est vulnérable en raison de la chasse et de la dégradation de son habitat. Elle est maintenant très localisée, récemment tenue pour disparue à la Marmora et à Sousse, subsistant seulement au sud-est de Rabat où elle est protégée. Un programme de conservation avec reproduction en captivité a été mis en place (Madge & McGowan 2002, Hennache & Ottaviani 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hennache, A. & Ottaviani, M. (2011). Cailles, Perdrix et Francolins de l’Ancien Monde, 400 pages. Editions W.P.A. France, Clères, France.
  • Madge, S. & McGowan, P. J. K. (2002). Pheasants, Partridges & Grouse. Helm, London.
  • Urban, E.K., Fry, C.H. & Keith, S. (1986). The birds of Africa, vol 2. Academic Press, London.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]