Frédérique Brion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brion.
Frédérique Brion en costume traditionnel

Frédérique Brion (née le 19 avril 1752 à Niederrœdern, dans le Bas-Rhin et morte le 3 avril 1813 à Meißenheim (Meissenheim) dans le pays de Bade) est la fille du pasteur Johann Jakob Brion (1717-1787) responsable de la paroisse de Niederrœdern puis, en 1760, de celle de Sessenheim.

C'est à Sessenheim qu'elle fait la rencontre, à l'âge de 18 ans, de Goethe, alors jeune étudiant. De cette rencontre naît une idylle que le poète relatera dans son autobiographie Poésie et vérité. Mais cet amour fut malheureux et Frédérique Brion mourut célibataire à l'âge de 62 ans. Elle a vécu quelque temps à Rothau chez son frère le pasteur Jean-Chrétien Brion.

Un mémorial, et le musée Goethe à l'Auberge au Bœuf au centre du village de Sessenheim, évoque cette brève (1770-1771) liaison amoureuse qui marqua Goethe.

Frédérique Brion termina sa vie chez sa soeur Olivie, épouse du pasteur à Meissenheim, au pays de Bade, près du Rhin, en face d'Erstein, où elle repose depuis 1813. Sa bonté et son dévouement à l'égard des pauvres et des malades lui avait valu le respect de tous.

Située contre l'église, sa sépulture est surmontée depuis 1866 d'un petit monument comportant un médaillon de marbre. On peut lire sur la pierre les vers d'un jeune poète d'alors, Friedrich Gessler, originaire de Lahr :

"Ein Strahl der Dichtersonne fiel auf sie.

So reich dass er Unsterblichkelt ihr lieh."

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Decharme, Goethe et Frédérique Brion, Hachette, Paris, 1908, 65 p. (thèse complémentaire de Lettres)
  • Georgette Krieg, « Frédérique Elisabeth Brion », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 5, p. 362

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]