Forêt de Saou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forêt de Saou
La forêt de Saou depuis Chabrillan
La forêt de Saou depuis Chabrillan
Géographie
Altitude 1 589 m, Le Veyou
Massif Massif du Diois
Coordonnées 44° 39′ 20″ N 5° 07′ 20″ E / 44.6556, 5.1222 ()44° 39′ 20″ Nord 5° 07′ 20″ Est / 44.6556, 5.1222 ()  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme

Géolocalisation sur la carte : Drôme

(Voir situation sur carte : Drôme)
Forêt de Saou

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forêt de Saou

Considéré comme étant le plus haut synclinal perché d'Europe, la forêt de Saou est un massif défini par son relief, sa géologie et son couvert forestier. Sa cuvette est située en intégralité sur la commune de Saou, dans la Drôme, à 4 kilomètres au sud du cours de la Drôme, 3 kilomètres au nord-est de la vallée du Roubion et 25 kilomètres à l'est de la vallée du Rhône.

Il est compris dans le massif préalpin du Diois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les trois becs du massif de la forêt de Saou vus du Crestas au-dessus du village d'Espenel.

Souvent comparé à une coque de navire, l'ensemble de la forêt de Saou est en effet quasiment fermé. Seules deux échancrures permettent d'y accéder par la route : au nord, le Pas de Lauzens (416 m), et au sud le défilé du Pertuis (385 m), d'où est issue la Vèbre. Il est dominé à l'est par les Trois Becs : Roche Courbe (1 545 m), le Signal (1 559 m) et le Veyou, son point culminant (1 589 m) 44° 38′ 12″ N 5° 12′ 01″ E / 44.63667, 5.20028 ()

Cette géomorphologie en fait un espace à la riche biodiversité (chamois, marmottes, chevreuils, aigles royaux, etc.), aux milieux diversifiés (forêt, landes, pelouses, falaises, etc.)

Outre Saou, le massif est bordé par les communes de Mornans, Bezaudun-sur-Bine, La Chaudière, Chastel-Arnaud, Saint-Sauveur-en-Diois, Aubenasson, Piégros-la-Clastre, Aouste-sur-Sye et Soyans.

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est pour la chasse que la forêt de Saoû attire les premiers hommes venus des environs, de 1050 à 750 av. J.-C., ils installent leur campement provisoire au passage de la Baume-Hannibal, près des Trois Becs.

Pour son bois ensuite, de 1400 à 1500 les paysans ne cessent de s’installer pour exploiter cette richesse naturelle allant déjà jusqu’à la surexploitation. Pour se cacher ou servir de refuge la forêt accueille aussi protestants, insurgés, maquisards.

En 1852 le ministre Adolphe Crémieux, nouveau propriétaire de la forêt fait construire un château aux murs roses baptisé « VillaTibur ». Incendié et laissé à l’abandon, le château est rasé en 1971.

Par amour du site, en 1924 le riche député du Haut-Rhin Maurice Burrus, qui devient propriétaire de toute la forêt après avoir racheté la part communale de Saoû et Francillon, entreprend un important reboisement. Il fait construire le circuit touristique de 27 km sur le flanc du synclinal et l’Auberge des Dauphins inspirée du Petit Trianon de Versailles. Inauguré en 1934, ce restaurant de luxe qui obtint deux étoiles sur le Guide Michelin de l'époque, était composé de deux salles décorées de faux marbres et de grands lustres.

Cette forêt qui a compté jusqu’à 130 saisonniers ou permanents abrite désormais deux écogardes chargés, entre autres, de renseigner les randonneurs.

Aujourd’hui la forêt est la propriété du Conseil général de la Drôme. La forêt de Saoû est protégée par le classement « site naturel classé » depuis 1942 et appartient au réseau Natura 2000.

Auberge des dauphins à l’entrée de la forêt

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]