Fquih Ben Salah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fkih Ben Salah)
Aller à : navigation, rechercher
Fquih Ben Salah
الفقيه بن صالح
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Tadla-Azilal
Province Fquih Ben Salah
Maire Mohammed Moubdi (Mouvement populaire)
Démographie
Population 82 446 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 32° 30′ 00″ N 6° 42′ 00″ O / 32.5, -6.70000232° 30′ 00″ Nord 6° 42′ 00″ Ouest / 32.5, -6.700002  
Altitude 437 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Fquih Ben Salah

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Fquih Ben Salah

Fquih Ben Salah (en arabe : الفقيه بن صالح en berbère : ⴼⵇⵉ ⴱⴻⵏ ⵙⴰⵍⴻⵃ) est une ville du Maroc[1]. Située dans la région de Tadla-Azilal[2], à 40 km de Béni Mellal, elle est le chef-lieu de la province de Fquih Ben Salah depuis 2009 et faisait auparavant partie de la province de Béni Mellal.

Cette ville ne cesse de grandir et de se développer aussi bien économiquement que socialement. Son économie se base sur les transferts des marocains résidant à l'étranger (notamment en Italie et en Espagne) et sur l'agriculture (olives, élevage, céréales…).

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville/région de Fquih Ben Salah/Tadla-Azilal était autrefois composé essentiellement de berbères. Au XIIe siècle environ, le califat berbère qui régnait sur le Maroc durant ce siècle installa les bédouins arabes du clan de Banu Hilal qui s'étaient reposé Tunisie.

Ibn Khaldoun dis à ce sujet :


«  Les immigrés arabes Djusham et Riyah ont habité les plaines, le Maroc fut submergé par des peuplades innombrables  ».


Après l'assassinat du calife Yaḥyā ben an-Nāṣir en 1236 ; les Banu Jabir (ancêtre des Djusham) affluèrent à Fquih Ben Salah/Tadla-Azilal dans le piémont, avoisinant les berbères sanhajas établis sur les sommets et les plateaux. Ils se repliait dans les montages auprès de leurs alliés berbères. Les califes saâdiens d'origine chérifienne instroduisirent aussi les Banu Maqil originaire du Yémen. Les deux ethnies arabes bédouines et berbères se ramifia avec les siècles, ses branches se sont interpénétrées dans une mutation ethnique entre les arabes et les berbères, donnant naissance à une communauté composite vivant dans la concorde et la solidarité.

Origine de la ville[modifier | modifier le code]

La ville est née de l'existence d'un souk hebdomadaire (chaque mercredi) où se rencontraient les différentes tribus de la région, qui se sont installées progressivement autour de ce souk créant ainsi une ville de plus de 80 000 habitants[1]. La ville n'a pas cessé de grandir depuis le départ massif des jeunes de cette région en Europe qui ont contribué au dynamisme de la ville, notamment grâce au boom immobilier qu'elle connaît depuis plusieurs années.

Fkih Ben Salah est le nom d'un saint (Wali Salih) enterré dans la ville.

La majorité des habitants sont issus des Bani Amir ou des Bani Mussa. Ils sont les descendants des Banu Jabir, eux-mêmes issus des Djusham, donc des Banu Hilal.

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La ville connaît tout au long de l'année plusieurs évènements culturels ayant pour objectif de faire connaître la ville et son talent culturel et artistique comme le Festival de Fquih Ben Salah à la fin de chaque mois de mars.

Sports et Musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Carte en 2000 », sur perspective.usherbrooke.ca (consulté le 27 octobre 2010)
  2. « Carte, géographie, démographie, économie, culture et photos », sur www.ouvertures.be (consulté le 27 octobre 2010)