Fischerspooner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fischerspooner

Description de cette image, également commentée ci-après

Casey Spooner lors d'un concert en 2005

Informations générales
Surnom Fischerspooner
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis - New York
Genre musical Electroclash, electro
Années actives Depuis 1998
Labels Ministry of Sound
Capitol
Kitsuné
Lo recordings/la baleine
Site officiel http://www.fischerspooner.com/
Composition du groupe
Membres Warren Fischer et Casey Spooner
Casey Spooner, 2005

Fischerspooner est un groupe electro américain constitué de Warren Fischer (compositeur) et Casey Spooner (chanteur).

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Warren Fischer et Casey Spooner se rencontrent dans une école d’art à Chicago. Ensemble, ils collaborent à divers projets, mais lorsqu’ils sortent du School of the Art Institute of Chicago, ils se perdent de vue.

Perte de vue, puis retrouvailles[modifier | modifier le code]

Plus tard, à New York, où tous les deux ont emménagé, Fischer et Spooner reprennent contact. Durant les quelques années passées, Warren est devenu directeur commercial : frustré par une scène musicale alternative stagnante, il a préféré choisir une autre voie. De son côté, Casey travaille dans le théâtre « expérimental ». Lorsqu’ils se retrouvent, Fischer et Spooner souhaitent à nouveau travailler ensemble.

Le succès[modifier | modifier le code]

Entre 1999 et 2000, ils se mettent à l’électro. Les titres, disponibles gratuitement sur leur site web, font rentrer les deux camarades dans le mouvement électro international. Les fans s’accumulent de par du monde. La presse n’est pas sourde à cette ferveur et se montre très attentive. L’enthousiasme conduit Fischerspooner en Europe, et dans les bureaux du label Capitol pour signer un contrat.

2001 : #1[modifier | modifier le code]

En 2001, Fischerspooner sort son premier album, #1. Pour cet opus, qualifié[Qui ?] de « meilleure chose arrivée à la musique depuis l’électricité », Fischer a travaillé dans son appartement et Casey a écrit les paroles en solitaire : chacun de leur côté. Ils se sont retrouvés pour l’enregistrement des voix.

Le duo s'est fait remarquer en partie grâce à son single « Emerge ». De plus, leur vidéos baroques et leurs apparitions en play-back sur les scènes de club ont également contribué à la réputation de Fischerspooner.

2005 : Odyssey[modifier | modifier le code]

En 2005, Fischerspooner délivre son second opus Odyssey. Le titre de l’album renvoie au voyage artistique et émotionnel, inattendu, du groupe. Pour son second album, Fischerspooner change de direction. Warren et Casey voulaient un album plus cohérent, plus émouvant ; un son plus chaleureux. Ils se sont alors tournés vers les années 1970, le rock classique ou psychédélique, les Beatles ou les Pink Floyd.

L’album comprend entre autres « Never Win », qui a un petit air de Clash sous électro et le titre « We Need a War », a été composé avec l'intellectuelle new-yorkaise Susan Sontag. Les rythmes, parfois aériens, rappellent le bien nommé Air. Pour leur deuxième album, Casey et Warren ont travaillé ensemble en studio, dans le but d'élargir leur univers artistique, ils se sont critiqués. Certains conflits ont fait surface, mais ils ont finalement trouvé ensemble leur nouveau cap.

Mirwais Stass est venu apporter sa touche finale à l’album. En 2005, les avis sur Fischerspooner sont toujours aussi élogieux. Leurs clips, très artistiques, dans lesquels on retrouve leur formation, viennent parfaitement compléter leur univers musical.

2009 : Entertainment[modifier | modifier le code]

En mai 2009 sort Entertainment, album dans la continuité du précédent avec malgré tout un son un peu plus pop que Odyssey. Là encore, le groupe propose des chansons dansantes très efficaces. Entertainment comporte deux singles déjà parus courant mars 2008 sur le label Kitsuné (« The Best Revenge » et « Danse En France ») ainsi que huit inédits produits par Jeff Saltzman (dont « The Killers », « The Black Keys », « The Sounds »). Une tournée devrait suivre, où Fischerspooner s'inspirerait aussi bien « du théâtre japonais que des premières années du programme spatial américain ».

Discographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :