Emich de Flonheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Emich de Flonheim ou Emich de Vlanheim, est un comte de Flonheim, près de Mayence et également le chef d’une croisade populaire composée d’allemands qui se signalèrent par les massacres de Juifs qu’ils commirent en Rhénanie au cours de l’année 1096. Il est parfois confondu avec Emich de Leisingen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Massacre de juifs, première croisade
Bible du XIIIe siècle

Après l’appel lancé par Urbain II à la fin du concile de Clermont et appelant à délivrer les Lieux Saints, occupé par les Musulmans, de nombreux paysans et gens du peuple, pris par la ferveur religieuse, partent en groupe en direction de Jérusalem, conduits par Pierre l’Ermite et par Gautier Sans-Avoir. D’autres personnes imitant leur exemple, décident également de se croiser. Gottschalk, un prêtre allemand de Rhénanie, prêche en Allemagne et regroupe de nombreux croisés venant du sud de l’Allemagne, de Lorraine et de l’est de la France et auquel se joint le comte Emich et plusieurs de ses soldats. Partant du principe qu’avant de partir combattre les infidèles loin en Orient, il faut d’abord s’occuper de ceux qui vivent au sein de la chrétienté, et également dans le but de se procurer l’argent nécessaire pour financer le voyage, ces croisés se mettent à persécuter et massacrer les juifs d’Allemagne.

Il n’est pas aisé de déterminer quelle bande de croisés a commis ces atrocités, mais des Juifs refusant le baptême sont assassinés à Metz et Magenza en mai 1096. Le même mois, une autre bande obligent des Juifs de Spire à se baptiser et massacres les autres, bien qu’ils se soient réfugiés dans le palais épiscopal. Le 18 mai, ce sont les Juifs de Worms, également réfugiés auprès de l’évêque, qui sont massacrés, probablement par le contingent du comte Emich, qui est probablement responsable d’un autre massacre de Juifs commis à Cologne le 29 mai.

Emich s’identifie au personnage du dernier empereur des prophéties apocalyptiques, qui doit conduire une armée contre les Musulmans et prendre la couronne à Jérusalem. Les histoires d’apocalypse sont très populaires durant le Moyen Âge, et dans toutes ces histoires, la punition et la conversion des Juifs est un élément important prépanrant la seconde venue du Christ. Les récents travaux de Jean Flori ont mis en évidence l’influence des prophéties de l’Apocalypse auprès des Croisés.

Au-delà de la rhétorique des croisades, il y a une réalité simple, constituée par le fait que les Juifs sont des proies faciles. Emich et ses compagnons font partie d'un groupe de croisés non recommandables, comme Guillaume Charpentier, vicomte de Melun et du Gâtinais, qui a pris part à la Reconquista, et Thomas de Marle, plus tard seigneur de Coucy, qui rançonnait les pèlerins de Jérusalem. Le contingent d'Emich continue sa route en suivant le Danube jusqu'à la frontière hongroise. Le roi de Hongrie lui interdit l'accès à ses terres, mais les croisés passent outre et assiègent Wieselbourg. La plupart son tués par les soldats hongrois. Emich et ses soldats retournent alors dans leur domaines rhénans. Thomas et Guillaume s'enfuient vers l'Italie et rejoignent le contingent d'Hugues de Vermandois.

Emich et sa troupe ne sont pas les seuls responsables des persécutions envers les Juifs. Pierre l'Ermite, sans toutefois appeler à les tuer, collecte régulièrement de l'argent auprès des Juifs pour nourrir les croisés. À la prise de Jérusalem, les croisés ont mis le feu à la synagogue, brulant les Juifs qui s'y étaient réfugiés.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]