Effet McGurk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’effet McGurk est un phénomène perceptif qui montre une interférence entre l'audition et la vision lors de la perception de la parole[1]. Il suggère que la perception de la parole est multimodale. L'effet McGurk est parfois appelé l'effet McGurk-MacDonald.

Pour montrer l'effet McGurk, classiquement on présente une vidéo montrant une personne prononçant un phonème (p.ex. /ga/) alors que la bande sonore diffuse l'enregistrement d'un autre phonème (p.ex. /ba/). On a alors l'impression d'entendre un troisième phonème intermédiaire (p.ex. /da/). Afin de comprendre ce phénomène, il faut se référer aux propriétés articulatoires des consonnes. Les phonèmes /b/, /d/ et /g/ sont en français tous trois des consonnes occlusives orales sonores. Cependant, leur point d'articulation diffère: il est labial pour le /b/, dental pour le /d/ et vélaire ou vélo-palatal pour le /g/. Vous pouvez d'ailleurs vous en rendre compte en essayant de prononcer ces trois consonnes. Ainsi, l'auditeur perçoit comme une moyenne "articulatoire" des deux consonnes présentées (l'une en modalité auditive, l'autre en modalité visuelle), ce que représente dans ce cas précis le /d/.

Un autre exemple du phénomène est la perception de la syllabe /ta/ lors de la présentation du phonème /ka/ en auditif et du phonème /pa/ en visuel (mouvement facial prononçant le /p/ sans qu'il y ait de son).

L'effet McGurk est robuste : on a beau connaître l'effet, on y reste sensible. Cela diffère de certaines illusions d'optique, qui disparaissent une fois que l'on connaît le truc. Il est cependant parfois difficile de le mettre en évidence en situation de silence, puisque le percept auditif est très bien audible. Il peut parfois être nécessaire d'ajouter un peu de bruit afin de dégrader le percept auditif et de favoriser l'émergence de ce phénomène d'intégration audio-visuelle.

L'effet McGurk est nommé ainsi d'après son découvreur, Harry McGurk (en) et a été d'abord décrit dans McGurk et MacDonald[2].

L'effet McGurk est utilisé afin de produire des programmes de reconnaissance de la parole plus précis en se servant d'une caméra vidéo et d'un logiciel de lecture sur les lèvres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Calvert GA, Bullmore ET, Brammer MJ, et coll., « Activation of auditory cortex during silent lipreading », Science, vol. 276,‎ 1997, p. 593-596
  2. (en) Harry McGurk et John MacDonald, « Hearing lips and seeing voices », Nature, vol. 264, no 5588,‎ 1976, p. 746–748

Lien externe[modifier | modifier le code]