Perception de la parole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Perception de la parole est le processus par lequel les humains sont capables d'interpréter et de comprendre les sons utilisés dans le langage. L'étude de la perception de la parole est reliée aux champs de la phonétique, de phonologie en linguistique, de psychologie cognitive et de perception en psychologie. Les recherches dans ce domaine essaient de comprendre comment les auditeurs humains reconnaissent les phonèmes (sons de la paroles) ou autres sons tels que la syllabe ou les rimes, et utilisent cette information pour comprendre le langage parlé. Ces recherches ont des applications dans la construction de systèmes informatiques qui puissent reconnaître la parole.

Les bases de perception de la parole[modifier | modifier le code]

Le processus de perception de la parole commence au niveau du signal sonore et des processus d'audition. Après le traitement du signal auditif initial, les phonèmes sont traités pour extraire les indices acoustiques et l'information phonétique. Cette information de la parole peut aussi être utilisée pour des niveaux supérieurs de traitement du langage, comme la reconnaissance de mots. Dans cette thématique générale, les chercheurs peuvent étudier comment les individus distinguent les langues entre elles (grande pertinence de ces recherches sur le nourrisson et dans l'étude du bilinguisme, mais aussi comment un individu segmente le flux de la parole (quelles sont les unités linguistiques pertinentes utilisées) dans sa langue maternelle, mais aussi dans des langues seconde ou étrangère.

Les sujets de recherches[modifier | modifier le code]

La perception de la parole par les personnes malentendantes ou ayant des altérations du langage[modifier | modifier le code]

Les recherches sur la perception du langage par ces personnes n'est pas seulement prévu pour découvrir des traitements possibles. Cela peut fournir des idées sur les principes qui sous-tendent la perception de la parole de personnes saines. Deux champs de recherche peuvent servir d'exemple :

  • Les auditeurs ayant une aphasie. L'aphasie affecte à la fois l'expression et la réception du langage. Les deux types les plus communs, les aphasie de Broca et de Wernicke, affectent la perception de la parole à un certain degré. L'aphasie de Broca cause des difficultés modérées pour la compréhension du langage. Les effets de l'aphasie de Wernicke sur la compréhension est plus sévère. Il est communément admis que les patients aphasiques souffrent de déficits perceptifs. Ils sont incapables de distinguer complètement leurs lieux d'articulation et de sonorité.
  • Les auditeurs qui ont un implant cochléaire. L'implant cochléaire permet une restauration partielle de l'audition pour les personnes sourdes. L'information acoustique transmise par l'implant est suffisant pour les utilisateurs d'implants pour reconnaître correctement la parole de gens qu'ils connaissent sans indices visuels. Pour les utilisateurs d'implants cochléaires, il est plus difficile de comprendre un locuteur et des sons inconnus. Les habiletés perceptuelles des enfants qui reçoivent des implants après l'âge de 2 ans sont significativement meilleures que ceux qui sont implantés à l'âge adulte. Un certain nombre de facteurs influencent la performance perceptuelle. Il y a surtout la durée de surdité avant l'implantation, l'âge de début de la surdité (il existerait une période critique) et la durée d'utilisation des implants. Il y a une différence entre les enfants ayant une surdité congénitale et ceux qui l'ont acquise.

Le bruit[modifier | modifier le code]

Un des problèmes de base dans l'étude de la parole est : "comment traitons-nous le bruit dans le signal de la parole ?". Cela est montré par la difficulté qu'ont les programmes informatiques de reconnaissance de la parole pour reconnaître la parole humaine. Ces programmes peuvent reconnaître la parole quand ils ont été entraînés sur une voix d'un locuteur spécifique et dans des conditions de silence. Cependant, lorsqu'ils se trouvent dans des conditions plus réalistes, ils ont souvent des résultats décevants, tandis que les humains n'ont pas de difficultés.

Un des indices permettant à l'humain de compenser les effets néfastes du bruit auditif sur la perception de la parole est notamment l'utilisation des indices visuels issus des mouvements faciaux. Cette utilisation dans la perception de la parole d'indices auditifs ET visuels a pour nom l'intégration audio-visuelle de la parole. Cette intégration est d'autant plus pertinence que le stimulus auditif est dégradé et peut notamment être mis en lumière par la démonstration de l'Effet McGurk. Notons que dans d'autres domaines tels que la perception des objets, d'autres phénomènes d'intégration multisensorielle (c'est-à-dire entre plusieurs modalités sensorielles) ont été démontrés (par exemple intégration visuo-tactile lors de la perception d'objets).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]