Detropia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Detropia

Description de cette image, également commentée ci-après

Heidi Ewing et Rachel Grady pour Detropia au festival du film de Sundance de 2012.

Réalisation Rachel Grady
Heidi Ewing
Sociétés de production Craig Atkinson
Rachel Grady
Heidi Ewing
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Documentaire
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Detropia est un film documentaire américain réalisé par Rachel Grady et Heidi Ewing et sorti le 9 septembre 2012. Le documentaire évoque le déclin économique, la dépopulation et la désertification depuis les années 2000 de la ville de Détroit, symbole de l'industrie automobile et 4e ville américaine la plus peuplée dans les années 1950[1].

Le film a été récompensé du Prix du meilleur montage documentaire au festival du film de Sundance de 2012, ainsi que du Grand prix du Jury au festival du cinéma indépendant de Boston la même année.

Sujet[modifier | modifier le code]

Detropia relate le déclin économique et la dépopulation accélérée qui touche la ville depuis une décennie[1]. La principale ville du Michigan a perdu en dix ans un quart de sa population, passant du 10e au 18e rang du classement des villes les plus peuplées des États-Unis[1].

Le documentaire suit plus précisément le parcours de plusieurs habitants de Détroit qui ont fait le choix de rester, malgré la crise qui touche la ville. Les trois personnages centraux du documentaire sont Crystal Starr, activiste et vidéo-blogueuse afro-américaine de 28 ans[2],[3], George MacGregor, travailleur dans l'industrie automobile et leader syndical[3], et Tommy Stevens, ancien instituteur et tenancier du bar le Raven Lounge[3], seul commerce restant de son quartier[4].

Réalisation[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Detropia est le sixième documentaire des réalisatrices Rachel Grady et Heidi Ewing. Elles sont notamment l'auteur de The Boys of Baraka, leur première collaboration en 2005, mais se sont surtout fait connaître pour leur documentaire Jesus Camp, sorti en 2006 et sélectionné pour la 79e cérémonie des Oscars en 2007, qui mettait en lumière les pratiques d'un camp d'été chrétien évangélique américain.

L'idée d'un documentaire sur le déclin de Détroit revient à Heidi Ewing, originaire de la ville et qui rendait régulièrement visite à ses amis et sa grand-mère qui y résidait[1]. Elle vient de son constat, année après année, de la dégradation de la ville, et plus particulièrement d'une première tentative de tournage à Détroit, avec Rachel Grady, en octobre 2009[4]. Le duo évoque aussi plusieurs articles du New York Times relatant un renouveau économique qui aurait touché la ville, et qui devait à l'origine être le thème central du film[1].

Les deux réalisatrices s'installent à Détroit à partir du mois de septembre de l'année 2010[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Detropia a été tourné au cours de l'année 2010 et 2011, période durant laquelle la ville était en proie à la suspension de certains de ses services municipaux, comme la fermeture de certaines lignes de bus ou l'arrêt de l'éclairage public de certains quartiers[1]. C'est également durant cette période que le maire démocrate de la ville, l'ancien basketteur professionnel Dave Bing, soumet son plan de « redimensionnement » de la ville, invitant les résidents des zones de Détroit les plus désertiques à se reloger dans les zones peuplées et administrées par la municipalité[1].

Sortie[modifier | modifier le code]

Le film est officiellement sorti aux États-Unis le 9 septembre 2012, mais a été projeté pour la première fois lors du festival du film de Sundance le 21 janvier 2012. Les dates de sortie, par pays, sont :

Sélections et récompenses[modifier | modifier le code]

Le film a été présenté et sélectionné lors des festivals suivant :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Rollo Romig, « Documenting Detroit », The New Yorker, 14 septembre 2012.
  2. Sebastian Hofer, « 'Detropia' protagonist: City's future can be found in its past », The Detroit News, 14 septembre 2012
  3. a, b et c Rebecca Messner, « ‘Detropia’ takes us inside the lives of people living among the ruins », Grist, 3 octobre 2012.
  4. a et b « Inside Detroit's struggle to survive », Morning Joe sur MSNBC, 28 septembre 2012.