Coffee shop (Pays-Bas)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coffee shop.
Un coffee shop à Amsterdam
Coffee shop « Bulldog's »

Un coffee shop est aux Pays-Bas un endroit où on peut acheter et consommer du cannabis — sous certaines conditions strictes. Les coffee shops sont officiellement tolérés aux Pays-Bas depuis 1976, suite au rapport Baan publié en 1972. Depuis la loi « Damoclès » d'avril 1999, les maires peuvent fermer les coffee shops au motif de nuisances ou d'infraction à la loi sur l'opium[1].

Les coffee shops sont à distinguer des smartshops, établissements vendant des graines de cannabis, d'autres psychotropes (champignons hallucinogènes et plantes psychotropes) mais aussi tout un ensemble d'ustensiles servant à leur consommation et des produits dérivés divers.

Les Pays-Bas sont un des seuls pays où la vente et la consommation de cannabis sont tolérées, ce qui le rend très attirant aux yeux des consommateurs de cannabis des pays limitrophes à savoir la Belgique et l'Allemagne, qui y pratiquent ce que l'on appelle le tourisme cannabique.

À Amsterdam, il existe une chaîne de coffee shops, les « Bulldog's ». Ces établissements sont des lieux hautement touristiques.
En 2010, 105 des 443 municipalités néerlandaises avaient au moins un coffee shop en leur sein[2].

Depuis 2008, aucun coffee shop n'est toléré dans un périmètre de 250 mètres autour d'une école[2].

Un coffee shop peut proposer une offre diversifiée allant jusqu'à 200 produits différents (cannabis séché et résine confondus). Trois quarts de ces produits seraient d'origine hollandaise[3].

Proposition de loi de mai 2011[modifier | modifier le code]

Le 27 mai 2011, les ministres néerlandais de la Santé et de la Justice projettent d'interdire l'accès aux étrangers dans tous les coffee shops du pays d'ici à 2012 pour, selon le gouvernement de centre-droit, « s'attaquer aux nuisances et à la criminalité associés à ces établissements » et ainsi limiter fortement le tourisme de la drogue dont le pays fait l'objet. En outre, les consommateurs néerlandais devront acquérir une licence auprès d’un coffee shop, lequel ne pourra compter plus de 2000 clients tous disposant d'une "carte cannabis" rendant les coffee shop privés[4].

Certaines rumeurs[5] tendent à affirmer que cette loi pourrait ne pas être appliquée en l'état actuel au 1er janvier 2013. En effet, lors des dernières élections législatives qui se sont tenues le 12 septembre, 77 sièges sur 150 ont été remplis par les défenseurs de la loi, contre 73 sièges par les opposants à la loi[6]. D'après Tom Blickman, chercheur et journaliste indépendant basé à Amsterdam, ces résultats ne permettent pas de statuer clairement quant à l'avenir de la loi[6]. Les rumeurs sont donc à prendre avec beaucoup de précautions, et rien ne pourra véritablement être déduit avant que le nouveau gouvernement des Pays-Bas ne se prononce officiellement sur le sujet, à priori d'ici la fin de l'année. .

Cependant, il y aurait des chances pour que les étrangers puissent continuer de fréquenter ces Coffee Shop.

Réglementation intérieure des coffee shops[2][modifier | modifier le code]

  • Il faut avoir au moins 18 ans (21 dans certains établissements) pour pénétrer dans un coffee shop et la consommation d'alcool y est interdite depuis 2009.
  • Les drogues dures sont interdites dans les coffee shops.
  • Les tenanciers ne doivent pas afficher de publicité encourageant l'usage de cannabis.
  • Les tenanciers doivent s'assurer que leur activité ne provoquera pas de nuisances avec leur voisinage (bruit, déchets, allées et venues incessantes).
  • Un maximum de 5 g par client et par jour donné doit être respecté.
  • Pas de stock supérieur à 500 g.
  • 2 passages par personne et par jour maximum.

Le maire a aussi la possibilité d'ajouter des impératifs à cette réglementation via un arrêté municipal (limitation des horaires d'ouverture, quantité vendue ou stockée à un seuil inférieur à celui préconisé dans les directives, limitation du nombre de coffee shops, pas d'installation de coffee shop au centre-ville, etc.).

Malgré l'existence de centaines de coffee shops, l’approvisionnement en cannabis demeure illégal[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Document PDF Les coffee-shops aux Pays-Bas : la tolérance à la néerlandaise publié par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies
  2. a, b et c Nicolas Millet, Petite encyclopédie du cannabis, Le castor astral,‎ 2010 (ISBN 978-2-85920-816-5)
  3. Denis Richard, Jean-Louis Senon, Marc Valleur, Dictionnaire des drogues et des dépendances, Larousse,‎ 2004 (ISBN 2-0350-5431-1)
  4. Article Les touristes seront interdits de coffee shop à Amsterdam du 27/05/11, sur le site de l'agence Reuters
  5. Article Pays-Bas : les coffee shops font à nouveau débat du 18/10/12, sur le site du Figaro
  6. a et b Article The Dutch Election Result and the Coffeeshops du 14/09/12, sur le blog de la Fondation Beckly, organisme de recherche sur la politique des drogues
  7. Voir par exemple (nl) Wat is het Nederlandse drugsbeleid?

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]