Clitocybe rivulosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Clitocybe rivulosa, autrefois Clitocybe dealbata, de ses noms en français, le clitocybe du bord des chemins et autrefois le clitocybe blanchi , est un champignon agaricomycète toxique du genre Clitocybe et de la famille des Tricholomataceae.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Nom binomial accepté[modifier | modifier le code]

Clitocybe rivulosa (Pers.) P. Kumm. 1871

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Agaricus rivulosus Pers. 1801 (synonyme)
  • Agaricus rivulosus var. neptuneus Berk. & Broome 1883 (synonyme)
  • Clitocybe dealbata (synonyme)
  • Clitocybe dealbata var. minor Cooke 1883 (synonyme)
  • Clitocybe dealbata var. rivulosa (Pers.) P. Kumm. 1871 (synonyme)
  • Clitocybe rivulosa var. neptunea (Berk. & Broome) Massee 1893 (synonyme)

Description du Sporophore[modifier | modifier le code]

hymenophore : Chapeau: de 2 à 6 cm, grégaire, annulaire, convexe puis aplati et souvent déprimé, d'aspect satiné ou givré.

Marge : marge enroulée devenant ondulée,

Cuticule : blanc parfois teinté de crème, de beige ou légèrement roussissant

Lames : légèrement adnexées, blanchâtres à tendance crème ochracé en vieillissant

Stipe : Pied : court (de 2 à 4 cm), fibrilleux, parfois légèrement sinueux, paraissant soyeux, de couleur blanche à tendance roussissante avec l'âge. Anneau : néant, tendance roussissante, de consistance fibreuse

Odeur : Exhalaison farineuse parfois mêlée de légers relents spermatiques

Habitat[modifier | modifier le code]

À partir du début de l'été et jusqu'à l'automne, prairies, pelouses, parcs ou lisières des bois, en bordure de chemins ou de fossés

Confusions possibles[modifier | modifier le code]

Distinction Clitocybe rivulosa : lames adnexées, séparées du pied, le sporophore est infundibuliforme Clitopilus prunulus : lames blanches décurrentes, prolongée le long du pied, sporophore pruineux Calocybe gambosa : lames adnées, sporophore convexe, pousse au printemps Distinction Clitocybe rivulosa : lames adnexées, séparées du pied, le sporophore est infundibuliforme Clitopilus prunulus : lames blanches décurrentes, prolongée le long du pied, sporophore pruineux Calocybe gambosa : lames adnées, sporophore convexe, pousse au printemps Distinction Clitocybe rivulosa : lames adnexées, séparées du pied, le sporophore est infundibuliforme Clitopilus prunulus : lames blanches décurrentes, prolongée le long du pied, sporophore pruineux Calocybe gambosa : lames adnées, sporophore convexe, pousse au printemps

Distinction
Clitocybe rivulosa : lames adnexées, séparées du pied, le sporophore est infundibuliforme
Clitopilus prunulus : lames blanches décurrentes, prolongée le long du pied, sporophore pruineux
Calocybe gambosa : lames adnées, sporophore convexe, pousse au printemps

Confusion possible avec l'entolome livide, Entoloma lividum, également toxique, mais aussi trois comestibles: le Tricholome colombette, Clitopilus prunulus et moins probablement le tricholome de la Saint-Georges, ce dernier se développant normalement au printemps. Il se développe généralement en troupes de plusieurs individus, parfois en "ronds de sorcière", sur les surfaces herbues en général et fréquemment sur les pelouses entretenues.

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Facilement confondu avec un excellent comestible (Clitopilus prunulus), ce champignon est très dangereux. Il est un toxique sévère contenant de la muscarine, agissant dans les premières heures de sa consommation, parfois au bout de trente minutes seulement. Sueurs, vomissements, salivation, diarrhée et ralentissement cardiaque sont les principaux symptômes qui exigent des soins rapides : réhydratation et injection d'atropine afin de soutenir le rythme cardiaque. Quelques décès de personnes fragilisées sont dus à son ingestion. Sa toxicité peut s'avérer mortelle pour les personnes fragilisées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :