Classe Suffren (navire de ligne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la classe de navires de ligne du XIXe siècle. Pour les autres classes Suffren, voir classe Suffren.
Classe Suffren
Image illustrative de l'article Classe Suffren (navire de ligne)
Modèle réduit à l'échelle 1/20e exposé au Musée national de la Marine
Caractéristiques techniques
Type Navire de ligne
Longueur 60,50
Maître-bau 16,28 m
Tirant d'eau 7,40 m
Déplacement 4 070 tonnes
Propulsion 3 114 m2 de voiles
Caractéristiques militaires
Blindage 6,97 cm de bois
Armement 1824-1839:
  • 1e bat.: 30 canons de 30 livres
  • 2e bat.: 32 canons de 20 livres
  • 3e bat.: 24 caronades de 18 l.
    et 4 canons de 18 livres

1839-1840

  • 1e bat.: 26 canons de 30 livres
    et 4 canons Paixhans de 22 cm
  • 2e bat.: 32 canons de 30 livres
  • 3e bat.: 24 caronades de 30 l.
    et 4 canons Paixans de 16 cm
Autres caractéristiques
Équipage 810 à 846 hommes
Histoire
Constructeurs Arsenal de Toulon
Arsenal de Brest
A servi dans Naval Ensign of the Kingdom of France.svg Marine nationale (France)
Période de
construction
1824-1860
Période de service 1831
Navires construits 14
Navires préservés 0
Précédent Classe Bucentaure Classe Hercule Suivant

La classe Suffren est une classe de navires de ligne de 90 canons de la Marine Royale française

Conception[modifier | modifier le code]

Successeurs désignés des navires de 80 canons de la classe Bucentaure conçus par Jean Tupinier, ils apportent une innovation: ils possèdent une coque droite, au lieu du frégatage qui prévaut alors à l'époque. Cela a pour conséquence de remonter le centre de gravité du navire, mais permet d'avoir plus d'espace de stockage sur les ponts supérieurs. Les problèmes de stabilité sont résolus en rajoutant des stabilisateurs immergés sous la coque.

Navires[modifier | modifier le code]

Les navires construits selon ce modèle sont:

Références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des Bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. I

Source[modifier | modifier le code]