Château fort de Lourdes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château fort de Lourdes
Image illustrative de l'article Château fort de Lourdes
Vue du sud-ouest
Période ou style Médiévale
Type Château fort
Protection Logo monument historique Classé MH, le 21 septembre 1995[1]
Coordonnées 43° 05′ 48″ N 0° 02′ 57″ O / 43.09667, -0.0491743° 05′ 48″ Nord 0° 02′ 57″ Ouest / 43.09667, -0.04917  [2]
Pays Drapeau de la France France
Ancienne province Comté de Bigorre
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Commune Lourdes

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Château fort de Lourdes

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Château fort de Lourdes
La chapelle Notre-Dame-du-Château
Retable de l'ancienne église Saint-Pierre à la chapelle

Le château fort de Lourdes est une placé fortification médiévale située sur la commune française de Lourdes dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Il occupe une position stratégique à l'entrée des 7 vallées du Lavedan dans les Pyrénées.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Il est situé sur un promontoire rocheux au beau milieu de la ville de Lourdes ce qui en fait une position défensive idéale.

Historique[modifier | modifier le code]

Son origine remonte à l’époque romaine, il fut ensuite assiégé en 778 par Charlemagne puis devient la résidence des Comtes de Bigorre aux XIe siècle et XIIe siècle.

Au XIIe siècle, il passe aux mains des Comtes de Champagne (également rois de Navarre) avant d'entrer dans le domaine des rois de France sous Philippe le Bel. Il est cédé aux Anglais par le Traité de Brétigny en 1360, avant de revenir à la France au début du XVe siècle à l'issue de deux sièges.

La structure du château fut renforcée aux XIIIe siècle et XIVe siècle (construction du donjon) puis de nouveau du XVIIe siècle au XIXe siècle.

Au XVIIe siècle, le château devient prison royale puis d'État après la Révolution, et ce jusqu'au début du XXe siècle où, sous l'impulsion de Louis Le Bondidier et son épouse Margalide, il devient le siège du Musée pyrénéen (1921) qu'il abrite encore aujourd'hui. C’est le plus grand musée d’arts et de traditions populaires des Pyrénées.

Description[modifier | modifier le code]

Divers vestiges de l'époque romaine (fragments de sculpture, d'autels votifs, substructions de murs antiques) ont été mis au jour lors des travaux du génie militaire au XIXe siècle. Cependant ces travaux eurent pour conséquence la destruction de la majeure partie des murs antiques. Les pièces découvertes sont exposées sur place.

Aujourd'hui, même s'il reste peut être quelques traces de ces murs antiques, les vestiges les plus anciens remontent aux XIe siècle et XIIe siècle et constituent les fondations des actuelles fortifications.

La chapelle Notre-Dame-du-Château abrite le mobilier de l'ancienne église paroissiale Saint-Pierre de Lourdes, rasée en 1904.

La chapelle actuelle est construite avec des matériaux de réemploi.

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Lourdes de la Préhistoire à nos jours, Musée Pyrénéen, 1987.