Catatropis johnstoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Catatropis johnstoni est un ver trématode originaire des États-Unis. Il a d'abord été décrit en 1956 par Martin, qui avait trouvé des cercaires (un stade larvaire des trématodes) relâchés par un escargot Cerithidea californica rencontré dans le sud-ouest de la Californie. Lorsque les cercaires sont donnés à manger à des poules (Gallus gallus domesticus), ils se développent en vers à maturité; Martin émit l'hypothèse que l'hôte naturel de ce vers était des oiseaux d'eau. En 1970, une étude des helminthes du rat Oryzomys palustris vivant dans un marais salant à Cedar Key, en Floride, a permis de retrouver des vers semblables à C. johnstoni[1]. Le vers était présent dans 30 % des 110 rats examinés, avec un nombre de vers par rat variant de 1 à 500 (en moyenne 91)[2]. Quelques escargots Cerithidea scalariformis de ce marais possédaient également des cercaires semblables au C. johnstoni de Californie[3]. Lorsqu'ils sont introduits dans des poulets, des rats Oryzomys palustris, des gerbilles de Mongolie(Meriones unguiculatus), des hamsters dorés (Mesocricetus auratus) et des souris communes (Mus musculus), ces cercaires se développent en vers infectieux[4]. Bush et Kinsella, qui oont écrit sur ce résultat en 1972, ont considéré ces vers de Floride et de Californie comme étant de la même espèce, comme il n'y avait que des différences de taille mineures entre les deux. Comme aucune espèce de rat des marais ne vit en Californie et en Floride, ils sont convenus avec Martin que l'hôte normal de C. johnstoni était probablement un oiseau, peut-être un Rallidé ou un Limicole. Néanmoins, le taux d'infection chez le rat des marais est trop élevé pour qu'il soit seulement un hôte accidentel, peut-être C. johnstoni a-t-il un territoire limité aux marais salants mais il n'a pas d'hôte spécifique[5].

Catatropis johnstoni ne possède pas la série de papilles latérales (structures mamelon-like) sur sa face inférieure qui est normalement présente dans le genre Catatropis. Pour ce caractère, il ressemble au C. nicolli australien, qui a le pore génital situé plus en avant. C. johnstoni a une crête médiane sur la face inférieure, un autre trait du genre Catatropis, mais, contrairement à toutes les autres espèces du genre, cette crête n'est pas lisse et consiste en une série de papilles distinctes mais étroitement espacées. En raison de ces caractères, il peut ne pas appartenir à Catatropis[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bush and Kinsella, 1972, p. 843
  2. Kinsella, 1988, table 1
  3. Bush and Kinsella, 1972, pp. 843–844
  4. Bush and Kinsella, 1972, p. 844
  5. Bush and Kinsella, 1972, p. 845
  6. Cribb, 1991, p. 236

Littérature[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]